mercredi 11 juillet 2018

Débattre avec un mort

 
Clip du titre Débattre avec un mort


------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Commentaires sur le titre Débattre sur le mort,
Ajouté le 13 juillet 2018
 
Le titre Débattre avec un mort est extrait d'un de mes nombreux albums inédits dont le titre est "Antisémite", album qui contient les titres suivants :
01 - Eux (g funk)
02 - Vous n'êtes pas des stars jazz remix
03 - "Antisémite"
04 - Antisionistes
05 - L'appel du 18 juin 2009
06 - Tube ou débit ?
07 - Excusez-moi (acoustique) 
08 - Loin d'ici
09 - Pour vos livres sacrés
10 - J'baise, j'bois, j'rap
11 - Débattre avec un mort
12 - Tu fais quoi ?
13 - Encore non merci
14 - Si tu veux me suivre...
15 - Au 33ème degré
16 - Excusez moi (remix)
 
Pour rappel, Michael JACKSON a sorti le titre I just can't stop loving you en 45 tours, diffusé en radio, avant de sortir l'album intitulé BAD comme NTM a officiellement sorti le maxi Le monde de demain avant de sortir l'album Authentik. Donc, le titre "Antisémite" est dans le même album que les titres Débattre avec un mort et Tu fais quoi ?
 
Moi (avec ou sans mes groupes de rap), j'ai sorti plus de 250 titres dont environ 26 albums et 8 maxis... Dans le clip Débattre avec un mort, on voit certaines pochettes de mes anciens albums réalisés sous mes pseudonymes EXLIMES et HAN Ô NYM (anciennement Anonyme).
 
Le début du clip commence par un extrait d'un rap intitulé Coupable d'être libre (que j'avais fait avec mon ancien groupe de rap en 1995 ou en 1996) dont j'avais composé la musique sans effectuer aucun sample, écrit et chanté le refrain puis écrit et rappé le dernier couplet. J'ai mis une vidéo d'un clip qu'on avait voulu réaliser en 1997 par rapport à un autre titre intitulé Que faut il faire ?
 
Le titre Coupable d'être libre était une fiction comme beaucoup de mes raps et chansons mais il n'est pas interdit de faire de la fiction dans le domaine artistique que je sache. Dans cette fiction, je disais être "coupable d'être libre" et dans le rap Débattre avec un mort, je déclare, sans vouloir faire de fiction, ne pas être coupable d'être libre. Voilà pourquoi le début du clip ne contient pas www.exlimes.com au sommet de la vidéo. Par contre, si vous êtes attentifs, on voit en fond écrit Exlimes car j'avais peint Exlimes sur le synthétiseur sur lequel j'avais composé la musique de Coupable d'être libre.

J'ai commencé le rap au début des années 90 et mes premiers enregistrements datent d'au moins 1993 donc vouloir me limiter à un ou deux titres relève de la fourberie ou de la duperie. Dans le titre Apatrie ou Apatride (Album La propagande républicaine dont on voit la pochette), par exemple, je dénonçais Mein Kampf avant d'en avoir lu une traduction après mes 25 ans...

La photographie qui revient et dure le plus longtemps dans le clip Débattre avec un mort est une photographie datant de 1989 réaliser pour fêter le bicentenaire de la révolution française. L'institutrice m'avait obligé à mener artistiquement la révolution à l'Espace Lumière à Epinay-Sur-Seine dans le cadre du Jeu de l'oie (à ne pas confondre avec le Jeu de lois). Le jour de la représentation, j'étais malade et refusais de venir mais ils ont insisté pour que je sois présent à cette représentation. Or, c'est à partir de l'étude de cette révolution française puis l'étude des cours dispensés par des professeurs marxistes que mes opinions révolutionnaires sont nées. La liberté puis la république étaient nées avec des chansons où on pendra les aristocrates ou le sang impur abreuve nos sillons, avec des images de guillotinés, de têtes placées sur des piques, de châteaux brûlés avec la promotion de la loi des suspects, des prêtres emprisonnés, de l'assassinat de masse des vendéens... sans parler des viols et violences. Tout cela était justifié par la famine et les mauvaises récoltes quand la monarchie augmentait les impôts et faisait de belles fêtes à Versailles, selon la version officielle de l'histoire. Or, cette révolution française inspira le marxisme qui par réaction inspira ensuite le fascisme et le nazisme.

Si on fait un raisonnement par analogie, pendre les aristocrates, c'est pendre les riches dont une partie est composée de Juifs. La lutte des classes, c'est lutter contre l'aristocratie et la grande bourgeoisie or, à Argenteuil, il y avait peu de Juifs mais par contre, on voyait beaucoup de Juifs à la télévision, chez les avocats ou les médecins. Pendant que les mass médias parlaient du nazisme et d'Hitler, ils semblaient se désintéresser des souffrances de nombreux peuples comme par exemple lors des massacres en Algérie avec le FIS ou le GIA. Le rap de KDD intitulé Une princesse est morte le démontre en partie. La misère au Cambodge et les souffrances de ce peuple dont le roi avait été sélectionné par la France semblait moins qu'un point de détail de l'histoire. Le fait que Pol Pot et ses camarades avaient étudié en France semblait sans importance. Pour faire court, apprendre à des enfants qu'il suffit de tuer, de décapiter, de brûler, de massacrer, de soupçonner... pour permettre l'avènement de la liberté, de l'égalité et de la fraternité est une attitude dangereuse et contre-productive, selon moi. Les rappeurs comme NTM avec Qu'est ce qu'on attend ? ou 2BAL 2 NEG avec La sédition n'ont fait que reproduire en mots l'attitude des révolutionnaires de 1789. "Pendez les..." des X MEN fait écho à la chanson Ca ira ! L'histoire de la révolution française a influencé un grand nombre de mes raps et chansons.

A la 45ème seconde, on voit la pochette que j'avais commencé à réaliser pour l'album Antisémite (sans guillemets car on voit en fond deux images d'Adolf Hitler). La confusion entre l'aigle nazi et l'étoile de David peut choquer mais, lorsque j'étais enfant, une institutrice m'avait assimilé à un nazi pour avoir dénoncer un camarade (pour une gomme ou une bêtise du genre). On me traitait de fasciste car j'étais favorable à la peine de mort alors que, sans l'usage de la guillotine, la République Français n'aurait jamais vu le jour. Et sans la seconde guerre mondiale, l'Etat d'Israël n'aurait peut être jamais existé.

A la 53ème seconde, on voit que j'ai fait de nombreuses démarches dans la volonté de respecter les règles relatives à la propriété intellectuelle en déposant un exemplaire de mon album au SNAC dans un premier temps puis en adhérant ensuite à la SACEM. L'intérêt de ce travail de vouloir respecter le droit de la propriété intellectuelle est limité à partir du moment où certains sites internet pourraient publiés mon travail sans me rémunérer, en permettant des commentaires sans lien avec mes propos (Blanc comme neige dans l'album Mes 4 saisons) et en favorisant la remise en place d'une nouvelle forme d'esclavage. On pourrait prolonger le raisonnement en évoquant celles et ceux qui payent de nombreuses formations, comme ce fut mon cas, pour trouver un emploi alors qu'en théorie, ils devraient être payés pour travailler.

A la première minute, on voit un travail que j'avais fait où un texte écrit en rond prenait l'apparence d'un vinyle. Ce dessin en forme de texte, évoquant le disque noir, date de 1996 et fait mention de mon pseudonyme Anonyme. Ceci pour bien rappeler que je n'ai pas commencé le rap ou le chant en 2009 ou en 2004... La couleur jaune au centre fait penser aux disques FREEZE RECORDS qui me permettaient de faire des mix en qualité de DJ lorsque je faisais du rap sur des FACE B ou des samples.

D'ailleurs, à 1mn10, on voit un disque de FREEZE et plusieurs autres objets qui me plaisaient à l'époque parce qu'ils correspondaient à un moment de ma vie. Au niveau du rap, on peut voir sur cette photographie une casquette, une table de mixage, une cassette (très utile pour les 4 pistes), un sampler, une photographie de A Tribe Called Quest. Le groupe A Tribe Called Quest a inspiré ma façon de faire de la musique car ils avaient eu un procès avec LOU REED par rapport à un sample qu'ils avaient réalisé. C'est à partir de là que j'ai voulu composer moi-même mes musiques. Mais le rap s'inspirait aussi de la bible (par exemple : 2BAL 2NEG avec le titre Que faire ?), de Martin Luther King (par exemple : Public Enemy avec le titre By the time I Get to Arizona), du coran (par exemple : IAM avec le titre J'aurai pu croire). De mémoire, Olivier CACHIN se demandait s'il n'y avait pas un phénomène d'islamisation dans le rap (sur Rapline ou bien dans l'Affiche). Certains se demandaient pourquoi je m'intéressais au sort des "négros" des Etats-Unis mais il faut rappeler que, selon l'histoire, le Ku Klux Klan persécutait aussi les catholiques et que le premier président américain de religion catholique a été assassiné dans un pays qui était majoritairement protestant (les WASP). La Louisiane était un territoire français mais elle est habitée par de nombreux afro-américains. Au début des années 90, des irlandais catholiques de l'IRA luttaient contre l'oppression de la Grande Bretagne protestante et le clip Jump Around de House of Pain montre un badge de l'IRA. Mais la Saint-Barthélemy, la guerre de 100 ans, "Vive le Québec libre"... semblent avoir été oublié dans tout ce devoir de mémoire ! Concernant le couteau, j'avais été agressé dans un train par 4 rebeus et après cela, je portais constamment un couteau sur moi. Concernant la carte postale de l'éléphant, c'est perso mais un peu Ouf aussi ! Mais depuis cette période, j'ai beaucoup évolué quand certains voudraient s'attarder sur de vieilles théories. S'ils connaissaient mon histoire personnelle, ils auraient lu le texte Les fausses légendes... preuve, s'il en est, que j'ai tâtonné à chaque fois.

A 1mn25, on voit la pochette de Dernier sur le rap, pochette utilisée pour un single et pour un album. Dans cette album, on peut entendre le titre Fils de .... mais sur la pochette, on peut lire "si t'es fille ou fils de personne, on te remballe !". Combien de mots possèdent 4 lettres ? Le mot prof, par exemple, contient 4 lettres. Où commence le mépris de l'intimité ?

A 1mn31, on entend "...me pousser au crime" tout en voyant une platine que j'ai repeinte. Concernant "les moyens", on voit une platine et une bombe... de peinture. A l'époque, j'avais lu qu'il y avait 1,5 millions de bombes atomiques dans l'encyclopédie TOUT L'UNIVERS (volume 4, page 893) pour m'aider dans mon travail scolaire. Cette lecture avait inspiré un de mes raps intitulé Trop de groupes nazes qui se trouve dans l'album Le Misanthrope. Est ce un hasard si certains appelaient certaines femmes des "bombes atomiques" quand d'autres parlaient d'attentats (IAM avec le titre Attentat) ou de terrorisme (NTM avec le titre Sur 24 pistes) ou voulaient effrayer avec "Paris sous les bombes" (NTM)... Pensez-vous qu'il y a un lien ? Qui dénature le langage et pourquoi ?

A 1mn47, je parle de la foi en utilisant un symbole que j'avais réalisé pour la pochette de l'album LA FORCE, album s'inspirant notamment de la Guerre des étoiles. Ce symbole reprend d'autres symboles qui sont une étoile de David, une croix, deux croissants et un symbole taoïste. Les différentes spiritualités ont inspiré cet album. Cependant, le fait d'avoir eu la foi ne m'empêche pas de déclarer que "ce monde, c'est de la merde et maintenant je le vois". Ne peut on pas avoir foi en son opinion ?

De 1mn54 à 2mn02, on voit les moyens que j'utilisais pour tenter de chercher un producteur ou un label. J'avais 23 ans à l'époque et j'en ai 39 aujourd'hui. Quand certains pensent que je faisais de la politique ou du rap conscient, mon slogan était "Rapper autrement pour un Hip Hop meilleur", "LE CHANGEMENT"... "Tu veux que je juge, que je m'immisce dans vos débats" ?

De 2mn04 à 2mn21, on entend "Donnes moi toutes les pièces, je veux être impartial". Cette phrase peut être interprétée de deux manières. La première interprétation possible est que si l'on veut que je tranche des litiges, il faut me permettre d'avoir tous les éléments pour être le plus objectif possible, ce qui est hélas impossible en l'absence de bonnes traductions. Une des pièces du "puzzle" est un disque où je scracthe des discours du général de Gaulle, disque qui avait attiré mon attention car le discours de Malraux avait été utilisé par NTM dans le titre Le pouvoir. La deuxième interprétation possible est davantage monétaire. Donnes moi des pièces pour être indépendant et impartial. Sans indépendance monétaire, comment être impartial ? Et c'est par le biais de ma musique que j'ai tenté d'être dorénavant indépendant et de contrôler mon business, pensant comme 2BAL 2NEG dans le titre La Magie du Tiroir (Night & Day), qu'avec l'autoproduction personne ne viendrait me prendre la tetê... La vidéo utilisée dans ce passage remonte à l'an 2000 où je travaillais sur un maxi avec mon groupe de rap. "L'or dépend des roches" mais les billets dépendent des arbres donc d'où provient la richesse : des services, de l'industrie, de l'artisanat ou des matières premières ?

De 2mn23 à 2mn28, on voit des rappeurs que j'ai interviewé avant la diffusion du clip "Antisémite" et ces vidéos avaient été diffusé sur www.exlimes.com dans le cadre de mes activités radiophoniques. Les reconnaissez vous ? Tout ce travail artistique et radiophonique ne m'avait pas permis de trouver un label ou même un emploi stable... Or, si les labels font du fric et pas du talent et bien, j'ai analysé ce qui attirait tant l'attention... Ce passage est particulièrement intéressant par rapport à la photo où Mitterrand est proche du Maréchal Pétain, par exemple. On voit que le respect de la chronologie est très important pour tenter de comprendre des événements et je ne vais pas faire des développements sur la compilation du coran et le classement des sourates du coran. Le sens que je donne à mon histoire est que pour fonder une famille, éduquer des enfants... il faut avoir un minimum de ressources et de stabilité.

De 2mn30 à 2mn33, on voit des images qui ont été utilisé pour faire le clip du titre Ici que j'ai enregistré au début des années 2000 et que j'ai réalisé en 2015. Je vais aller chercher de l'argent à un guichet de banque...

A 2mn35, on voit la violence gestuelle quand je rap en studio en l'an 2000... Même le micro n'a pas eu mal.

Alors, si vous n'avez pas cette analyse, vous voulez donner une autre interprétation ? Puis, j'insiste longuement sur l'enseignement de la révolution française (2mn42 à 3mn07) après cette gestuelle si violente mais qui n'a même pas fait mal à une mouche.

De 3mn08 à 3mn20, on voit la pochette LA FORCE contenant le petit symbole que j'ai évoqué auparavant avec un gros X rouge le recouvrant sur la gauche. On me voit habillé en blanc et en noir, car je suis quelqu'un de très positif qui peut parfois être très négatif car tout dépend du contexte. L'imagerie et l'infographie font penser à La guerre des étoiles. L'image semble violente mais en bas de l'image on voit une phrase attribuée à Jésus qui apparaît dans l'évangile quand un poignard, qui ressemble à une épée, recouvre ma bouche. Par rapport au fait d'être assassin et de faire saigner comme des porcs, on peut l'interpréter de manière imagée mais on peut aussi imaginer que je devienne soldat dans une guerre dans le futur. Or, les soldats mobilisés dans des armées régulières n'ont ils pas le droit de tuer, notamment quand la misère est répandue ?

De 3mn23 à 3mn32, on voit la vidéo de 1997 par rapport au fait que je déclare ne pas être coupable d'être libre. Que faut il faire pour éviter le drame ?

De 3mn34 à 3mn50, on voit des parties d'une pochette que j'ai réalisé pour un artiste avec lequel j'ai travaillé à de nombreuses reprises. S'il lit ce texte, il se reconnaîtra. Petit clin d'œil. Dans ce passage, j'essaye de montrer que le problème de l'accès aux ressources naturelles ou humaines peut éventuellement conduire aux excès et la transition avec l'image du 11 septembre 2001 a pour ambition de montrer les limites d'une politique inégalitaire.

De 3mn53 à 3mn58, on voit cette image du 11 septembre 2001 que j'avais utilisé pour faire la pochette du titre Ici puis de l'album Ici afin d'attirer l'attention des labels car ces derniers recevaient tellement de disques que je ne savais pas comment faire pour attirer leur attention. C'était une idée stupide de ma part mais que fallait il faire pour se démarquer : montrer ses fesses, se masturber, enculer un chienne... ? Où se trouve la grandeur ? Le titre Ici fait surtout référence à la banlieue nord de Paris et à l'attitude mimétique par rapport à la culture américaine.  La transition entre le 11 septembre 2001 et le fait que j'ai brûlé plusieurs œuvres dont certaines étaient originales n'est pas un hasard (3mn59). J'ai également brûlé deux livres... On voit que la vidéo est amateur et n'est pas du tout cadrée, à l'inverse de la société montrée. "Je ne suis pas parfait" et je reconnais, par exemple, qu'il était stupide de ma part d'utiliser une image du 11 septembre 2001. Je veux bien reconnaître mes erreurs mais qui fait espérer qu'un diplôme ou un dur travail donnera accès à une vie "normale" et permettra d'avoir une vie familiale décente ? Certains ne veulent voir que les conséquences.

A 4mn19, on me voit en vidéo le 5 mars 2005 faire une "séance de dédicaces", dans la Sarthe, sur des affiches que j'ai créé au niveau infographique pour faire la promotion de l'album Mes 4 saisons. Effectivement, j'avais le sourire à ce moment comme je l'ai lors de bons moments. Je peux être négatif comme positif mais je ne vois pas ce qu'il y a d'exceptionnel là-dedans. Celles et ceux qui n'ont pas une part de négativité n'ont jamais été poussé à bout.

De 4mn25 à 4mn30, on voit ces deux aspects de ma personnalité lors du clip réalisé pour la présentation du projet L'incompréhensible. Ce projet contient 3 CD comme le montre les images de 4mn31 à 4mn35. Quand j'ai vu que les gens racontaient n'importe quoi au sujet de mon titre "Antisémite" et voulaient même m'en déposséder, j'ai fait 3 albums où j'ai raconté n'importe quoi en utilisant la méthode du yaourt. 3 albums, surtout 2, pour montrer à quel point certains ne veulent pas me comprendre.

Par rapport à l'argent, à partir de 4mn37, on voit du matériel que j'utilisais pour enregistrer et cela n'était pas donné. Pour moi, l'argent était et est un moyen, pas un but.

A 4mn42, on voit mon dernier logo de EXLIMES par dessus une photo de moi prise en l'an 2000. J'essaye d'être maître de moi mais le titre Débattre avec la mort date, je crois, de 2013 (ou 2015)  et après avoir connu plusieurs maladies, j'affirme que rester maître de soi n'est pas toujours facile.

A 4mn48, on voit une photographie prise du ciel lorsque j'ai voyagé en avion pour la première fois. Je ne suis pas un représentant de la NASA ou d'un DIEU. Or, AIR FRANCE (4mn50) connaît mieux le ciel que moi...

A 4mn54, on voit un article sur l'album Mes 4 Saisons sur mon "RAP HORS NORMES" et j'essayais d'être honnête à l'époque mais ignorais que pour être honnête, il faut déjà savoir s'exprimer correctement... Et fort heureusement, même si je tentais d'être honnête, j'aimais bien plaisanter et raconter des conneries comme avec le clip de Monsieur Mito (4mn57 à 5mn02) mais c'est pas le seul rap où je racontais plein de conneries. Être artiste, ce n'est pas être magistrat...

De 5mn04 à 5mn22, je ne savais pas comment illustrer mes propos donc j'ai mis une vidéo de moi dans une radio locale de la Sarthe et une vidéo d'un concert à l'EMB à Sannois. En fond, on voit une autre vidéo d'un concert à Saint-Gratien où il y avait foule. Ces vidéos sont liées à la promotion de l'album Mes 4 saisons. On voit que je portais un tee-shirt Exlimes à Sannois. Par rapport au rap, je ne suis pas un prophète donc pourquoi vouloir se baser sur moi dans un monde où l'argent serait roi ?

A 5mn23, on voit un jeu de fléchette que j'ai recouvert de peinture. Les flèches forment un X. Qui a raison, qui  a tort ? Est il seulement possible de débattre avec un mort ?

De 5mn54 à 6mn17, on voit la pochette de "La propagande républicaine" de mon album réalisé avec mon pseudonyme ANONYME (avant de l'écrire HAN Ô NYM). L'infographie n'est pas de bonne qualité puisque on voit un peu le texte de la déclaration de 1789, par exemple. Mais je débutais dans l'infographie.

De 6mn19 à 6mn25, on voit la pochette de l'album LE MISANTHROPE avec mon pseudonyme HAN Ô NYM (13 titres).

De 6mn27 à 6m32, on voit la pochette de l'album L'UNTERNATIONAL avec mon pseudonyme HAN Ô NYM. J'ai réalisé cette pochette à partir d'une photographie et j'améliorais mon niveau en infographie.

De 6mn33 à 6mn40, on voit une vidéo lorsque je m'entrainais avec mon groupe vers l'an 2000.

De 6mn41 à 6mn 48, on voit une vidéo datant approximativement de l'an 2000 où je joue d'un synthétiseur.

De 6mn51 à la fin, on voit un flyer et je fais un petit clin d'œil à Mehmehd... Faut il avoir rendez vous pour en débattre ?     

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire