mardi 31 juillet 2018

Du groupe LE SYNDICAT au groupe LES PARIAS


Avant tout propos, il est important de préciser que les extraits contenus dans cette vidéo sont issus de titres inédits. Je n'ai mis que des extraits dans lesquels j'apparais. L'ambition de notre groupe, à l'époque, était de trouver un producteur ou un label et non de publier ces titres sur internet. Le titre Mort pour la république a été enregistré par le groupe LE SYNDICAT vers 1997, en tous les cas avant septembre 1998 à partir d'un 4 pistes K7 audio. Les titres Présentation et L'affrontement (qu'on retrouve dans l'album Triste Avenir) avaient également été enregistré à partir de ce 4 pistes K7.
 
Vers 1999, nous avons décidé de changer de nom de groupe car un autre groupe se nommait Syndicate ou un truc du genre, je crois me souvenir, et nous avons opté pour le nom propre LES PARIAS puis nous avons enregistré 3 titres dans un studio d'enregistrement qui sont : PrésentationL'Affrontement et Mort pour la république. Dans le titre L'Affrontement enregistré en studio, on entend le nom LES PARIAS au refrain, contrairement à la première version (dans l'album TRISTE AVENIR).

Par rapport au choix du nom LES PARIAS, c'est moi qui l'ai proposé car je crois me souvenir avoir lu une définition qui me plaisait bien par rapport à l'Inde. Mais un jour, Mehmehd m'avait fait lire une autre définition qui ne me plaisait pas. Cependant, comme on avait commencé des enregistrements avec le nom LES PARIAS, j'avais pas envie de changer de nom encore une fois. Puis, je me disais que LES INCONNUS étaient devenus connus et qu'un nom propre n'était pas un nom commun. Et puis, d'une certaine manière, nous ne faisions pas du rap "standardisé" ou "formaté". J'ajoute que nos tentatives de trouver un producteur ou un label avaient échoué, malgré quelques concerts et quelques passages radios.    
 
Durant cette période de transition, nous avons enregistré plusieurs titres dont j'ignore s'il fallait les attribuer au groupe LE SYNDICAT ou au groupe LES PARIAS. J'ai donc compilé un album contenant les titres suivant :
 
01 - Présentation en studio ; extrait à 1mn40 
02 - L'Affrontement en studio ; pas d'extrait
03 - Mort pour la république en studio ; extrait 1mn19
04 - Vade Retro (deuxième version) ; pas d'extrait
05 - La chasse est ouverte ; pas d'extrait
06 - Triste avenir (deuxième version) ; pas d'extrait
07 - Visage d'ange ; pas d'extrait
08 - Le code ; pas d'extrait 
09 - Présentation (version originale) ; pas d'extrait
10 - Mort pour la république (version originale) ; extrait à 0mn00
 
Il existe encore un autre album et d'autres titres du groupe LE SYNDICAT dont je ne fais pas mention.
 
Commentaires de quelques titres :
 
Présentation (en studio et en version originale) 
 
Au niveau des textes, ce titre ressemble un peu au titre Présentation de l'album Coupable d'être libre. Sur le 4 pistes, on avait enregistré une version qui ressemblait davantage à la version studio. Par contre, on constate que les références au Daily Planet (Superman), on disparu dans la version studio de Présentation (1mn55)... Au lieu de mettre un extrait de mon couplet où apparaissent les autres rappeurs, j'ai préféré mettre l'enregistrement studio en version vidéo et la replacer sur la version instrumentale mais il y a inévitablement des passages sans parole... En revoyant les images, j'ai rigolé car à la fin de l'enregistrement de mon couplet de Présentation en studio, on pourrait avoir l'impression que j'ai fait un signe nazi alors qu'en fait je voulais seulement faire comprendre d'arrêter de filmer... Sans le contexte, pas facile de savoir.
 
 
L'Affrontement (en studio et en version originale)
 
L'affrontement, ancien titre de l'album LE SYNDICAT, était devenu après cet enregistrement en studio vers 1999 le titre d'un maxi afin d'essayer de trouver un producteur ou un label.
 
 
Mort pour la république (en studio et en version originale)
 
Dans la vidéo, on voit apparaître l'image du boitier de K7 où avait été enregistré la première version du titre Mort pour la république.

Concernant la musique de la première version, il y avait plusieurs samples dont un provenant d'une musique classique, un autre provenant de chants mexicains (si j'ai bonne mémoire) et encore un autre émanant de la batterie extrait du titre Aux Armes de TEPA & ABUZ dans la compilation L'INVICIBLE ARMADA de MYSTA.D. Je le précise car il y a apparemment un sample de La Marseillaise dans ce titre de TEPA et ABUZ, comme quoi je ne suis pas le seul à avoir été traumatisé par la Révolution Française, semble t-il... Dans la version studio, la batterie a été retravaillé.

Concernant le scratch, il est extrait de plusieurs paroles de Charles DE GAULLE et de MALRAUX mais il n'a jamais dit, à ma connaissance, "la tyrannie de la république". La mère d'un ami m'avait donné un disque avec les discours du général DE GAULLE. Je cherchais des passages à scratcher et je suis tombé sur le discours de MALRAUX qui avait été utilisé dans le titre Le pouvoir de NTM. Comment avaient ils trouvé ce passage ? Alors pour trouver des mots à scratcher, je me suis mis à entendre des discours du général DE GAULLE, personnage politique que je trouvais de plus en plus intéressant pour ensuite me considérer gaulliste de gauche... A celles et ceux qui critiquent Charles DE GAULLE et Michel DEBRE, qu'ont ils à proposer comme meilleure constitution afin d'en permettre l'application par les fonctionnaires, notamment par rapport au respect de "toutes les croyances" ? Sachant que je ne suis pas nécessairement hostile à l'idée d'une sixième république, sont ils capables de proposer une constitution qui convient à la (grande) majorité des électeurs français et d'en permettre ensuite l'application réelle ? NTM m'a permis de m'intéresser aux discours puis aux textes de Charles DE GAULLE comme NATIONAL HEBDO m'a permis de m'intéresser aux textes de Proudhon...  

Concernant mon couplet, j'évoque encore la Révolution Française (Droits de l'homme et du citoyen, philosophe, sans-culotte, Robespierre...). Cette fiction était en partie inspirée de l'assassinat du préfet Claude ERIGNAC et, je crois, de l'affaire Yann PIAT. L'assassinat de Kennedy a également inspiré ce texte même s'il s'agit d'un président américain. Plus tard, j'avais appris que le député Pierre-Joseph PROUDHON avait été emprisonné à l'époque de Napoléon III. On voit également dans mon couplet l'influence de l'Ancien testament de la Bible puisque j'évoque, par exemple, le géant Goliath...     


Le code
 
Dans ce rap, je faisais référence à l'islam car à cette époque je me croyais musulman (dans le sens de soumis à Dieu ou à Allah) car selon certains musulmans, il suffisait de prononcer quelques paroles (magiques ?) pour entrer dans l'islam. Certains peuvent trouver choquant le principe de la soumission mais quand il y a une tempête, certains refusent d'aller en mer ; quand il y a une tornade, certains refusent d'aller promener le chien ; quand il y a des avalanches, certains refusent l'accès aux pistes de ski ; quand il y a des inondations, certains fuient leurs domiciles... Comment ne pas être soumis au ciel et aux éléments naturels ? Après, mon erreur était de croire que des mains d'êtres humains étaient capables de décrire la nature dont le ciel de manière véridique. Me considérer musulman à l'époque ne m'empêchait pas de me considérer juif et chrétien mais certains me disaient que j'étais coraniste donc ni sunnite, ni chiite. Vous connaissez beaucoup de coranistes, vous ? Moi, j'en ai jamais rencontré. La traduction du coran faisait référence à la Thora et l'Evangile mais en cas d'opposition entre les textes, le coran devait prévaloir sur les textes de la Bible quand de nombreux sunnites considéraient que la Bible avait été falsifié alors que la traduction du Coran n'a jamais fait mention d'Al Boukhari, Dawoud (sauf erreur de ma part)... C'était comme dans le hip hop, je mélangeais un peu de tout pour trouver mon chemin. J'ai même failli devenir franc-maçon quelques années après...
 
Le refrain de ce rap disait :
"Ceux qui cherchent trouveront, ceux qui trouvent chercheront
 Ceux qui analysent, un jour, se lèveront et marcheront  
Tout est inscrit, codé, à nous de déchiffrer
Enlever le voile qui cache notre épouse, la vérité" 
 
Cela fait désormais plusieurs années que je ne m'estime plus musulman, même si je préfère le coran à la bible et le bouddhisme à l'islam, pour le peu que j'en sais. Le livre intitulé La bible : le code secret de Michael DROSNIN faisait, sauf erreur de ma part, référence aux mathématiques et à la numérologie donc la traduction de la Bible en français faisait perdre tout intérêt à un texte contenant des éléments ésotériques, comme semblerait le suggérer des kabbalistes. Certaines passages dans le coran comme Alif, Lâm, Mîm, par exemple, interrogent sur le sens et le texte coranique originel pourrait contenir des éléments ésotériques. Selon le verset 2 de la sourate 12, le coran est en arabe, pas en français. Je comprends pas l'anglais après des années d'études, comment comprendre l'arabe, l'hébreux, l'espagnol...
 
Donc, je ne suis ni musulman, ni monothéiste par méfiance des traductions. J'ai pas les moyens intellectuels d'apprendre autant de langues alors que je peine suffisamment avec la langue française. Donc, je peux brûler des traductions de la bible et du coran parce qu'elles sont en langue française, qui ne sont pas les langues des "révélations".
 
Cela ne m'empêche pas de chercher un travail, une rémunération, un revenu... puisque personne ne veut financer mes recherches spirituelles...      

Aucun commentaire: