Recherche

Recherche producteur(s), label(s), manager(s), musicien(s)...

jeudi 23 août 2018

EXLIMES - DERNIER SUR LE RAP

Extraits mixés de l'album Dernier sur le rap
(diffusés sur Blogspot)
 

Extraits mixés de l'album Dernier sur le rap
(diffusés sur YouTube)
 
 
 
 
L'album Dernier sur le rap a été réalisé de 2006 à 2007 avec amertume, notamment après l'échec de l'album Mes 4 saisons. La grande majorité des labels, organisateurs de spectacles, radios, télévisions... que j'avais contacté et relancé plein de fois ne m'avaient pas permis de trouver un producteur ou un distributeur ou un tourneur..., malgré tout le temps consacré, toutes les démarches effectuées et tout l'argent dépensé. Par exemple, Radio Nova ou France 3 me faisaient croire que... mais ça n'aboutissait jamais. Un type de Générations 88.2 avait même refusé, dans mon intérêt disait il, que j'achète de l'espace publicitaire (quand mon contrat de dépôt FNAC avait une durée de 3 mois) et cela, dans un pays où l'argent serait roi. Certes, j'avais réussi à faire quelques concerts mais rares étaient les rémunérations et elles ne permettaient même pas de rembourser la totalité des frais. J'ai dépensé plus d'argent pour faire de la musique que j'en ai gagné.

En automne 2005, j'étais heureux de produire une émission de radio quasi-hebdomadaire sur IDFM en Ile-de-France mais au début, nous étions 6. Cet effectif permettait de répartir mensuellement le travail. Cependant, au fur et à mesure, les uns et les autres abandonnaient. En 2007, je faisais presque tout (sélection des disques, mixages...), même si la rappeuse avec qui je travaillais à l'époque continuait de m'aider à préparer des émissions et ce, jusqu'à la fin en décembre 2007 (merci à elle ;). Vers la fin, je diffusais des rediffusions parce que je faisais aussi des études et voulais obtenir mon MASTER EN DROIT, espérant que j'allais enfin pouvoir entrer stablement dans le monde professionnel. De 2005 à 2007, en plus de tout cela et sans parler de ma vie personnelle, je travaillais de temps en temps.

La radio Skyrock ne m'avait pas même adressé une réponse négative. Alors, puisqu'ils se prenaient pour les champions et les premiers dans le domaine du hip hop, j'ai fait comme au collège où l'on était fier d'être des cancres qui faisaient chier des professionnels. Je prenais mon bonnet d'âne du hip hop pour en faire une fierté en me souvenant d'un passage de l'évangile sur les premiers et les derniers.

De toute manière, si les premiers se jetaient dans le ravin, je préférais aller dans le sens opposé car je ne suis pas né mouton. Puis, ça permettait de faire un peu de marketing de se dire anti-Skyrock et j'étais pas le seul dans ce cas. Après, je boycottais certaines stations de radio. J'ai vu 113 en vidéo lors de concerts, ils étaient complètement bidons, sans comparaison avec les prestations scéniques de NTM. Mais avec cela, ils étaient Premier sur le rap ? Au moins, les rappeurs gangstaa aux USA, ils essayent de faire du spectacle et le jour où un de ces rappeurs gangstaa en France aura le niveau de Bone Thugs N Harmony, il pourra éventuellement fanfaronner.

De notre côté, avec très peu de moyens, de manière bénévole, on essayait de faire du spectacle comme on peut le voir dans le concert à Pierrefitte (voir images déformées dans la vidéo de Faîtes du bruit). Une fois, nous allions pour faire un concert dans la Sarthe mais il manquait du matériel et une partie de la rémunération du concert avait été utilisé pour louer du matériel sono (un samedi où des gens se mariaient), payer l'autoroute, le carburant... Mais comme je m'occupais de la sono, je savais ce qu'il nous fallait comme matériel et câbles (sauf si le matériel avait été défectueux).

Certains s'autoproclament "Premier" mais on n'est pas du tout sur la même longueur d'onde.

Le 26 septembre 2007 puis le 12 décembre 2007, l'album Dernier sur le rap a été diffusé en intégralité sur Radio Enghien IDFM. En 2010, j'ai voulu faire une autre version de l'album Dernier sur le rap (version 2010) mais ce n'était pas une bonne idée donc je retiens ici la première version de l'album Dernier sur le rap car le titre "Antisémite" a été un tournant dans mon travail artistique et ce titre "Antisémite" méritait d'être inclus dans un album très différent de mes précédents albums.
           
 

Commentaires des titres

 
01 - Dégages !

Tous les sons qu'on entend dans cette version de ce titre on été enregistré à partir de ma bouche : beat box, bass, chants. Bien évidemment, j'ai ajouté des effets au mixage comme de la réverbération, par exemple.

 
02 - Dernier sur le rap

J'ai réalisé la musique, notamment en utilisant une véritable guitare bass et une guitare. Cependant, j'ai ajouté un sample de batterie au refrain par dessus un beat que j'ai réalisé. Un son rock me semblait plutôt approprié pour être "Premier sur le rock" façon "Skyrap". Le texte décrit en partie ce que j'ai raconté en introduction de cet article mais de manière ironique. Quant on entend les compilations de Skyrock au début des années 1990, on voit qu'ils étaient dans la Dance Music. Alors, Premier par rapport à quoi : l'histoire, le nombre d'auditeurs (en comparaison avec les USA), les revenus perçus... ? Le rap ne se limite pas au rap français ou francophone, au passage. Face à un Premier de ce genre, je n'ai pas eu de difficulté à me revendiquer Dernier sur le rap en venant avec une conclusion originale. Le 25 avril 2007, une émission diffusée sur Radio Enghien IDFM a été consacré au titre Dernier sur le rap.

 
03 - Ils nous assaillent

J'ai composé la musique en utilisant un sample de chant déformé au refrain. Pour le style, je me suis inspiré de Bone Thugs N Harmony mais je voulais une ambiance dansante comme le faisait SNAP. Le texte, quant à lui, évoque la censure. En 2006, j'avais voulu créer une station de radio dans la Sarthe et était allé au CSA pour me renseigner sur les différentes démarches à réaliser pour monter une station de radio locale. J'avais pris contact avec la mairie d'une commune de la Sarthe mais le projet était trop complexe pour être réalisé.

Concernant la censure, j'invite les juristes à étudier l'article intitulé La liberté d'expression et la CEDH A propos de la loi du 30 décembre 2004 paru en septembre 2006 dans la Revue mensuelle LexisNexis Jurisclasseur - Droit de la famille écrit par Sébastien BENALCAZAR, Docteur en droit privé.  Le 30 mai 2007, une émission diffusée sur Radio Enghien IDFM a été consacré au titre Ils nous assaillent.

 
04 - Feat guest stars 
 
J'ai totalement fait tous les sons avec ma bouche,  notamment le rap et le chant (en ajoutant quelques effets comme de la reverb') et ça, c'est une petit leçon pour tous ces prétendus "rappeurs de rue" qui n'ont pas connu les années de disettes du rap en France et qui n'ont même pas idée avec quoi on travaillait au début et comment on galérait pour trouver une version instrumentale. Au début, je créais des samples sans avoir de sampleurs en utilisant le "système D" et je n'oublie pas que des rebeus et des blancs me disaient que je faisais une musique de négros. Chacun fait ce qui lui plaît...  
 
Je n'ai jamais participé à la programmation des stations de radio ou à celle des émissions de télévision. Qui a choisi de mettre beaucoup de films ou de chansons en provenance des USA ? Est ce moi ? L'impérialisme américain se développe avec la complicité de français qui diffusent majoritairement des films ou des chansons en provenance des USA, tout en voulant financer des films français complètement pourris.  
 
Si certains sont déçus de mon niveau en anglais, qu'ils aillent prendre la direction du Ministère de l'Education Nationale en France et qu'ils se chargent ensuite du niveau scolaire dans certaines banlieues. LES PROFS, était ce seulement une comédie ? Pour l'anecdote, j'avais demandé à un professeur de me traduire un texte de rap de PUBLIC ENEMY et elle m'avait dit que c'était pas de l'américain mais de l'argot américain... Donc, à quoi ça me servait d'étudier l'anglais alors que je voulais pas aller en Angleterre et que, ne connaissant même pas Paris, les USA me paraissaient trop loin...  
 
Par exemple, en ce moment, j'aime bien entendre "VAVA - 我的新衣 My New Swag (Feat. Ty. & 王倩倩) (華納 Official HD 官方MV)" et c'est certainement pas pour ce qu'elle raconte comme j'apprécie beaucoup entendre des chansons de Teresa TENG. J'aimais bien aussi entendre Delinquent Habits, DAARA J... et je ne vais pas mettre uniquement de la chanson française ou du rap français parce que je ne comprends pas les autres 6000 langues existantes. Faut il que je bouche les oreilles quand de la chanson "étrangère" (Gipsy King, Ricky Martin, Pavarotti..) est diffusée dans les magasins ? Donc, quand "j'écoutais du rap américain", en réalité, j'entendais du rap américain. La plupart du temps, je n'ai jamais chercher à comprendre ce qu'ils racontaient et puis leurs histoires de gangsters, ça va avec leurs histoires de ségrégation raciale, la vente d'armes et la peine de mort ! Moi, je ne transpose pas et si les armes à feu étaient plus facilement accessibles, le rap gangstaa en France aurait peut être connu une toute autre histoire...    
 
Quand j'étais enfant et que j'entendais des chansons anglaises ou américaines, je croyais qu'ils racontaient n'importe quoi et donc, j'ai voulu imiter. De souvenir, c'est après que j'ai appris qu'ils chantaient dans une langue étrangère. Ah bon, ils racontent quelque chose ? Déjà, dans l'album des Fifty Fifty, je faisais du "yahourt" et une fois, j'avais mis un refrain de SNAP et mon pote m'avait dit que mon sujet "je hais les profs" n'avait aucun lien avec le refrain Mary had a little boy. Moi, j'en avais rien à cirer parce que j'aimais bien la mélodie. Dans la chanson ou le rap, il n'y a pas que les paroles ou les textes, il y a aussi la musique, les performances vocales, le souffle, la créativité... sinon autant aller à des conférences ou lire des livres.
 
J'ai commencé très tôt à faire des imitations et des sons avec ma bouche comme dans le film Police Academy datant de 1984. Je m'amusais quand j'étais enfant à imiter la marionnette de Jacques CHIRAC dans le bébête show. Alors, quand j'entends du rap américain, ça ressemble à ce que je fais quand je fais du yahourt, j'entends une phrase par ci, par là mais dans l'ensemble, j'y comprends rien. Et puis, ça m'évite d'aimer ou pas les paroles. Par exemple, Booba a de bonnes musiques et parfois un très bon style (un peu trop kaïra à mon goût) mais la plupart du temps, je ne supporte pas ce qu'il raconte, ça me saoule. Ca ressemble pas à ma perception de la réalité. Mais s'il veut venir parler business et chiffres avec moi, pas de problème, j'ai même étudié en partie la comptabilité durant une période (même si je n'ai pas obtenu une bonne note).  
 
Dans le rap, l'intérêt de faire des imitations, c'est que ça évite de rechercher péniblement et inlassablement des artistes qui ne viennent pas ou qui demandent des rémunérations que je ne peux pas leur donner. Comme je ne trouvais pas de chanteuse, j'imitais des voix plus aigues. Comme je ne connaissais pas de type faisant du ragga et bien je faisais du ragga... Donc, des fois, on peut croire qu'on est nombreux sur un titre mais par exemple, sur ce titre, j'ai travaillé tout seul.
 
On m'a souvent dit que je ne savais pas m'entourer et ce n'est pas complètement faux. Alors, j'ai appris à faire plein de choses pour palier mon incapacité à "savoir bien m'entourer". J'admire celles et ceux qui savent s'entourer mais souvent là où j'allais les gens étaient ou devenaient individualistes... Dans la suite du titre, j'imite un peu ODB et Methodman. Je ne suis pas super satisfait de mes imitations mais ce titre est intéressant pour tout ce qui a été écrit dans ce commentaire.

Le 27 juin 2007, une émission diffusée sur Radio Enghien IDFM a été consacré à Feat guest stars (ironique quand on connaît mon niveau en anglais).
              
 
05 - Fils de (ou Fils de ****)

J'ai composé la musique en utilisant un sample transformé d'un saxophone et un sample d'une flûte. C'est moi qui rappe puis chante au refrain. Le texte a été écrit en août 2006. Dans ce texte, je critique la culture du piston puisqu'elle semble aller à l'encontre de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen et plus particulièrement son article 6, texte qui était souvent affiché dans les commissariats ! Police et caractères... un peu de lecture ne fait pas de mal.

Certains noms sont mentionnés car ils sont les "fils de" et ont réussi parce qu'ils proviennent de certaines familles, comme le faisait la noblesse à une autre époque. On est très loin de l'idéal révolutionnaire de la première république quand la reproduction des inégalités sociales serait une réalité inévitable et que l'ascenseur social serait "en panne". En avril 2004, un directeur artistique de chez EMI avait déclaré qu'ils ne recherchaient pas du talent... Que dire de plus ?

Dans mon rap, je cite même le nom de CASSEL car, malgré l'admiration que j'ai pour ROCKIN' SQUAT et son histoire dans le hip hop, c'est difficile de ne pas être esclave de la société quand on n'est pas issu d'une bonne famille. Dans ma famille, il y avait des prolétaires, des artisans, des paysans... même si certains se sont mieux débrouillés que d'autres. Et moi, j'ai fait plusieurs fois de la manutention comme j'ai souvent eu des emplois précaires, quand je n'étais pas au chômage. Dès les années 90, on a envoyé des projets à ASSASSIN PRODUCTIONS mais on n'avait pas de réponse. Cependant, Rockin' Squat semble désormais apprécier BOOBA. Après tout, pourquoi pas  ? Mais quel lien peut on faire entre BOOBA et une orientation anarchiste ? Cela n'enlève rien au talent de Rockin' Squat mais moi, j'ai pas les tunes pour aller aux Etats-Unis d'Amérique et quand certains enregistraient, je remplissais parfois des pots de cornichons, des pots de margarine ou coupaient des légumes pour que certains puissent bouffer. Donc, je n'ai pas besoin de porte-parole car j'ai pas étudié la théorie du droit jusqu'au MASTER pour laisser des gens parler à ma place. Je veux bien croire en moi avant de croire en qui que ce soit mais si on ne veut pas me rémunérer, comme c'est le cas en ce moment, je fais comment pour payer des factures ? Faire un braquage sans arme, est ce possible ? Si certains ne calculent pas le chômage ou le RMI (RSA), qu'ils viennent créer une société avec moi pendant quelques temps et ils vont voir de leurs propres yeux à quoi ressemble un gigantesque labyrinthe administratif dans lequel je connais mieux certains passages que des fonctionnaires poussiéreux collés à leurs chaises de bureaux depuis des décennies. Après en avoir vu un très bref aperçu, beaucoup sont partis très rapidement parce que là, on parlait vraiment business et on n'espérait pas la venue ou l'aide d'un génie... Comme disait Joey STARR, "le travail veut pas de toi..." et je finis sa phrase par Tu fais quoi ?

Certains ont écrit "Fils de pute" en diffusant mon rap mais je n'ai pas écrit cela. Les étoiles, ça fait penser aux stars. Or, on peut trouver plein de mots avec 4 lettres : PERE, MERE, PAPA, CHEF... Pourquoi pute ? Certains dénigrent les putes mais j'ai plus de respect pour certains d'entre elles que pour certaines personnes médiatisées. Sans les putes, n'y aurait il pas davantage de viols ? Certes, c'est laid comme l'humanité de vouloir tout monétiser, en particulier l'accès à l'eau potable, mais une pute peut être plus utile qu'un politicien quand beaucoup de femmes sont attirées par l'argent et la situation sociale. Mesdames les aristocrates et les bourgeoises, désolé de ne pas correspondre à vos critères, vos espoirs et vos attentes avec mes galères quotidiennes qui m'ont endurci. Effectivement, cela ne semble pas dans l'intérêt d'un enfant d'avoir un père qui est habitué à l'instabilité et à l'incertitude et qui ignore où il sera le mois prochain ou l'année prochaine. Mais se pose alors la question des droits d'auteur, des droits de succession, de la diffusion sur internet, du domaine public... C'est là que cela devient très intéressant, notamment après avoir un peu travaillé au service des renonciations à succession au sein d'un tribunal en France.    

Le 18 juillet 2007, une émission diffusée sur Radio Enghien IDFM a été consacré au titre Fils de.

 
06 - Les mots ne manquent pas

J'ai composé la musique à partir d'un sample de batterie et d'un sample de saxophone. Beaucoup de gens accordent énormément d'importance aux mots mais quand ils auront étudié la langue française comme je l'ai étudié avec autant d'acharnement, ils fermeront leurs grandes bouches et verront la différence entre celles et ceux qui jactent et celles et ceux qui agissent véritablement. Qu'ils étudient sérieusement et assidument leurs dictionnaires avant de la ramener sur l'importance des mots. De mon côté, je ne suis pas du genre à me vanter des bonnes actions que j'ai réalisé et surtout pas sur mon site artistique. Le 10 octobre 2007, une émission diffusée sur Radio Enghien IDFM a été consacré au titre Les mots ne manquent pas.
 
 
07 - Être zen

J'ai composé la musique mais lors d'une transition, il y a un extrait de musique classique. J'ai écrit le texte en 2006, époque où j'avais tenté de m'installer à la campagne. Je n'ai pas enregistré seul le premier couplet mais c'est moi qui chante au refrain.

J'ai quitté Paris en 2013 et j'ai même habité à la campagne pendant plusieurs mois et je connais bien les galères de la campagne. Quand certains se plaignent de la banlieue, qu'ils aillent marcher 2h30 heures pour prendre un train qui passe rarement... J'habite actuellement en province mais dans une ville où il y a des médecins. A quoi sert il de rester à Paris quand on perçoit le SMIC ou le RSA ? Comment être calme avec des loyers excessifs à Paris surtout quand une partie de l'administration ne veut pas payer ou paye en retard et qu'une autre partie de l'administration réclame de l'argent en imposant des délais précis ? Rien à cirer de Paris si les smicards et les pauvres doivent dégager ! Où étaient les indépendantistes bretons en Bretagne ? J'ai surtout entendu des gens qui prétendaient que tout était décidé à Paris car c'est tellement plus agréable de se déresponsabiliser.

Donc être zen, c'est une volonté, parfois une réalité mais pas l'inverse.  

Le 29 août 2007, une émission diffusée sur Radio Enghien IDFM a été consacré aux titres Être zen et Moments de bonheur.
 

08 - Moments de bonheur (remix)

Dans la vidéo, il s'agit de la version remix du titre Moments de bonheur qui date de 2007 ou éventuellement de 2008. Le 24 octobre 20007, une émission diffusée sur Radio Enghien IDFM a été consacré aux titres L'écran magique et Moments de bonheur cependant lors de la diffusion intégrale de l'album en septembre 2007, on entend la version originale qui contient un gros sample de Dionne Warwick.

Dans un couplet rap, on pourrait penser que je suis un gros paresseux mais un collectiviste, favorable à la concertation, a du mal à s'intégrer chez des individualistes médisants et hypocrites. Ce n'est pas le travail qui me dérange et je crois que ce seul site en apporte la démonstration mais c'est ce refus constant du travail en équipe avec tous ces petits chefaillons qui croient être en droit de prendre des initiatives pourrissant notre existence. C'est cette attitude qui m'a dégouté de nombreuses fois du monde du travail. Des fois, je préfère être au chômage que d'aller travaillé avec des gens qui parlent de ce qu'ils ont vu à la télévision la veille et qui critiquent leurs collègues dès qu'ils ont le dos tournés. Selon moi, le travail n'est pas un but mais un moyen et on peut apprendre des choses largement plus intéressantes et plus utiles en étant au chômage qu'en travaillant 7 heures par jour à faire constamment la même chose. Au chômage, j'ai appris à cuisiner de nombreux plats, par exemple. Quand des gens parlent de la Chine après un reportage, moi j'y suis allé.

 
09 - L'écran magique

J'ai composé la musique en utilisant un micro sample de guitare et un micro sample de cuivres. Le texte a été écrit en décembre 2006. J'ai rappé et chanté dans tout ce titre. Le texte critique l'aspect soporifique de la télévision. Si le progrès consiste à poser son cul sur un fauteuil pour regarder la télévision une longue partie de la journée en ingurgitant du gras, je suis clairement réactionnaire.

Une petite blague : un type arrive pour le Jugement Dernier et Dieu lui demande qu'as tu fait de ta vie ? Le type répond, j'ai regardé la télévision. Dieu s'interroge : Enfer ou  Paradis ? N'est il pas préférable de créer une cure de désintoxication ?

Le 24 octobre 20007, une émission diffusée sur Radio Enghien IDFM a été consacré aux titres L'écran magique et Moments de bonheur
 

10 - Géricault ou le naufrage ?

J'ai composé la musique mais une partie de la guitare a été effectué par un membre de ma famille. Un autre membre de ma famille a fait l'introduction en paroles de cette chanson. Cependant, il s'agit dans la vidéo d'un extrait de ce rap. J'ai écrit le texte en décembre 2006 après avoir vu le tableau Le naufrage de la Méduse de Géricault au musée du Louvres, si mes souvenirs sont exacts. J'avais acheté le livre de Corréard et Savigny intitulé Le Naufrage de la Méduse par deux rescapé, livre paru aux éditions cartouche. C'est à partir de ce livre et de l'étude de l'histoire du tableau de Géricault que j'ai réalisé ce rap. Je m'interrogeais si la vie et l'art de l'époque n'étaient pas plus hard, gore (hardcore) que certains propos ou textes de rappeurs. Mais il faut s'intéresser un minimum à l'histoire de l'art...

Le 31 octobre 2007, une émission diffusée sur Radio Enghien IDFM a été consacré aux titres Musique classe et Géricault ou le naufrage.

 
11 - Musique classe

Pas d'extrait. J'ai composé la musique électronique en tentant de faire de la musique classique et il n'y a ni rap, ni chant.  Mais comme ce n'est pas de la musique classique, j'ai écrit Musique classe. Le 31 octobre 2007, une émission diffusée sur Radio Enghien IDFM a été consacré aux titres Musique classe et Géricault ou le naufrage.


Texte modifié le 24/08/2018.   

 
 

Aucun commentaire: