lundi 6 août 2018

ANONYME - LES INEDITS


J'ai écrit et enregistré l'album LES INEDITS avec le pseudonyme ANONYME aux environs de 1998 dont un titre date de mars 1999 (Mai 68). En réalité, ce projet regroupait plusieurs titres que je n'avais pas mis dans d'autres projets donc certains titres ou certaines musiques pourraient être antérieurs à 1996. Cet album inédit n'avait pas vocation à être diffusé sur internet et n'avait même pas été réalisé pour rechercher un producteur. Je l'ai fait uniquement pour le plaisir de faire de la musique et certainement pas pour le faire connaître. Mais, comme les temps changent et que certains pensent être en mesure de connaître une personne en l'espace de 5 ou 15 minutes, j'ai décidé de mettre quelques extraits de cet album sur internet. Certains passages de cet album sont à mi-chemin entre le texte et l'improvisation.

Pour resituer le contexte, il faut savoir qu'en 1997, je passais mon permis de conduire et qu'en 1998, je préparais le baccalauréat donc, que mes "connaissances" étaient principalement scolaires.

On voit dans cet album que la lecture de la traduction de la Bible et du Coran ont influencé plusieurs de mes textes. Sur la pochette que j'ai modifié et qu'on voit dans la vidéo, on voit une "image" du 4 pistes que j'ai utilisé pour réaliser certains titres.

Cependant, dans cet album, j'ai raconté beaucoup de conneries et cela ne me pose aucune problème puisqu'à l'origine, je n'ai pas faire ces titres pour les diffuser et quand on a 19 ans, on n'a pas la même expérience qu'à 38 ans. J'ai donc tenté d'en extraire les passages les plus intéressants pour permettre de comprendre mon évolution mais je regrette de ne pas avoir mis le titre L'appel car il est très intéressant.


COMMENTAIRES DES TITRES 


01 - INEDITS

J'ai joué la musique de ce titre en demandant à quelqu'un de la famille de jouer d'un instrument de musique mais dans le passage mis en extrait, vous n'entendez pas la mélodie jouée puisque j'ai uniquement mis la fin de ce titre. Le rap a été improvisé donc je raconte plein de conneries. Mais vous entendez bien qu'il s'agit du rappeur ANONYME.


02 - DETERMINES

Concernant la musique, j'ai voulu mettre une "ambiance DJ" donc, ce ne sont que des vinyles (samples) que j'ai utilisé et scratché. J'ai souvent utilisé ces disques pour m'entrainer pour améliorer mon style. Le texte a été écrit à l'arrache, en peu de temps, juste pour le plaisir d'enregistrer. Au passage, on entend une petite référence à Astérix et à Onyx (ouaw, ça rime...). Je recherchais une ambiance Freestyle comme il y en avait sur Radio Nova...


03 - L'APPEL

A gauche, vous entendez le début du titre et à droite, vous entendez la fin du titre. La musique contient deux samples dont un sample de La Marseillaise. En fait, le texte a été écrit à partir de l'appel du général DE GAULLE et je voulais faire de la "résistance" à l'industrie du disque que je comparais au "Reich commercial"... Mais, comme je ne suis pas seul sur ce titre, je n'ai pas mis d'extrait de ce titre. C'est amusant que je me situe du côté de la "Résistance" alors que je place mes ennemis du côté du Reich ou de l'Empire...


04 - MAI 68

J'ai composé la musique à partir d'un sample de batterie. Le texte est une critique de mai 1968 (en France) car j'estimais et estime encore que ces "événements" étaient en grande partie inutiles mais cela a permis tout de même au général DE GAULLE de partir en laissant le peuple et les élus porter le fardeau des institutions de la cinquième république, puisque certains se sentaient davantage capables de diriger. Ces "révolutionnaires" voulaient renverser Charles DE GAULLE mais qu'avaient ils à proposer si ce n'est "jouir sans entrave" ? Peut on sérieusement croire développer une civilisation humaine avec un concept issu de certaines espèces animales ?

Selon l'histoire officielle, le peuple Français de l'époque connaissait les "30 glorieuses" et ne connaissait pas le chômage de masse alors qu'aujourd'hui, le chômage serait répandu or, personne n'oserait bouger le petit doigt par crainte de perdre les petits avantages restants. Selon moi, c'était donc une "révolution" sans contenu et sans projet institutionnel effectuée principalement par des naïfs et des privilégiés.

Mai 1968 a contribué à détruire la structure familiale car en voulant "jouir sans entraves", les divorces se sont multipliés. Avec toutes ces familles recomposées, les enfants sont constamment trimbalés chez le père puis chez la mère ou ailleurs. Puis, la Justice de la République Française est constamment engorgée par des changements de situations de la part des parents divorcés ou séparés puisque les travailleuses et les travailleurs doivent désormais être flexibles et mobiles.

Quant à la prétendue "libération" des femmes, elles doivent souvent travailler pour subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs enfants. Se trouver dans un lien de subordination dans le cadre d'un contrat de travail rend il vraiment libre ? Le père marié, quant à lui, n'aurait pas son mot à dire sur un avortement, comme si les enfants à naître pourraient être assimilés à des excréments dont les femmes pourraient se débarrasser, malgré une décision commune d'avoir un enfant dans le cadre d'un mariage. Je ne suis pas nécessairement opposé au libertinage, mon opinion est trop complexe pour être développée en quelques paragraphes.

Pour moi, les principes de mai 1968 sont hostiles aux familles et à l'épanouissement des enfants car ils ont généralement besoin d'avoir un père et une mère pour connaître la différence des sexes et les conséquences que cela implique (menstruations, grossesses, érection...). Certes, je n'écrirai plus ce texte de cette manière aujourd'hui mais je suis encore hostile aux événement de mai 1968 comme je viens de le démontrer. Je ne dis pas cependant que je suis hostile, par principe, à la révolution ou à de nouvelles institutions mais celles et ceux qui n'ont rien à proposer feraient mieux d'aller étudier, en théorie et en pratique, au lieu de combattre un système sans proposer de solutions.


05 - LES TROUPES DU FN

J'ai réalisé la musique à partir d'un sample d'une batterie.

Concernant le texte, je considérais à l'époque que celles et ceux qui faisaient augmenter les scores du Front National étaient les noirs, les arabes, les Juifs et quelques asiatiques racistes. La "lutte des classes" dont faisait l'éloge certains professeurs marxistes incitaient des noirs et des arabes, vivants dans les HLM de la banlieue nord de Paris, à s'opposer aux bourgeois blancs qui vivaient dans des pavillons à proximité des cités. Même si quelques blancs vivaient dans des HLM, "la lutte des classes" ressemblaient de plus en plus à "une lutte des races". C'est ainsi que certains blancs ne pouvaient pas faire de football ou ne pouvaient pas faire de rap.

Le 21 mai 1998, j'écrivais à SOS Racisme pour dénoncer, notamment le racisme anti-blanc, mais je n'ai jamais obtenu aucune réponse de leur part.

Quand je suis arrivé à Argenteuil au début des années 1990, beaucoup de maghrébins haïssaient les noirs et les Juifs, des algériens haïssaient les marocains et les tunisiens... et des maghrébins (qui aimaient la funk) et des blancs (qui dansaient sur Les démons de minuit du groupe Image) disaient que le rap était une musique de "négros". Sefyu raconte en partie cela à sa façon dans le titre 3ème guerre. Et quand des commerçants blancs se faisaient braquer, ils fermaient la boutique, le prix de l'immobilier baissait et progressivement, après des années sans commerçants, on voyait s'installer des sandwicheries hallal, des boucheries hallal... SOS RACISME et autres organisations du même genre ne luttaient que contre quelques formes de racisme, laissant à l'AGRIF la lutte contre le racisme anti-français et anti-chrétien mais je n'étais pas catholique. SOS RACISME et autres organisations du même genre se souciaient d'abord des Juifs puis ensuite des noirs et des arabes mais les asiatiques ou pire les blancs semblaient ne pas du tout les intéresser. Comme s'il existait une volonté de diviser, de communautariser, pour mieux régner...


06 - DONNE MOI LE POUVOIR

J'ai réalisé la musique à partir d'un sample de batterie.

Dans la globalité, mon texte est stupide car vers 1998, je ne connaissais pas vraiment le monde du travail et encore moins la diversité des situations en France. La Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen me faisait croire qu'il suffisait d'avoir des "principes simples" pour prendre le pouvoir et permettre l'avènement de la liberté. Cependant, à cette époque, j'avais étudié les horreurs de la révolution française et celles de la révolution bolchevik et considérait déjà qu'il fallait, au minimum, avoir un programme pour mettre en place de nouvelles institutions. C'était 10 ans avant l'obtention d'un Master en droit dont je me demande encore quelle est son utilité ? C'était prétentieux de ma part mais pas moins que les prétentions des révolutionnaires lors de la révolution française. Désormais, le pouvoir ne m'intéresse pas car je ne crois pas à l'homme providentiel, au despote éclairé, au messie... car un homme seul ne peut pas faire fonctionner des institutions si de nombreux fonctionnaires ignorent, oublient ou méprisent les droits fondamentaux.


07 - A CHACUN SON MAITRE

J'ai réalisé la musique mais je n'aime pas mon couplet qui parle de religion ou pour être plus précis du choix entre Dieu et l'argent. Dans l'hypothèse où Dieu dirigerait le véritable ciel, l'argent aurait peu de valeur car les ressources alimentaires dépendraient de la quantité de pluie qui tombe. Cependant, Dieu est un mot inventé par des êtres humains et désormais, j'estime que ce sont des hommes qui ont créé un Dieu et non l'inverse. Je suis désormais agnostique et ne tranche pas entre le polythéisme ou le monothéisme. Mon couplet est obsolète.


08 - L'HABIT NE FAIT PAS LE MOINE

J'ai samplé une batterie et une musique asiatique. Je chante au refrain. Dans cet extrait, on retrouve les deux premiers couplets de ce rap et on peut entendre le troisième couplet dans la deuxième version (titre 17). Dans ce texte, je reconnais qu'auparavant j'étais athée et que ma foi (lors de l'enregistrement de ce rap) en un Dieu unique était favorable à l'œcuménisme. Cependant, à cette époque, je ne connaissais pas vraiment le bouddhisme et encore moins l'hindouisme. Dans ce texte, je critique l'histoire de l'anticléricalisme même si j'étais contre la religion catholique, peut être par influence de la philosophie des Lumières. Néanmoins, après avoir dénoncé l'anticléricalisme ou l'antichristianisme, j'expliquais aussi ce qui me semblait être à l'origine de ce phénomène, à savoir l'attitude de certains chrétiens. Dans l'étude de la Bible, je me sentais plus proche des luthériens que des catholiques mais ceci n'a plus aucune importance de nos jours.


09 - LE MUTIN

J'ai entièrement composé la musique et j'ai réalisé le scratch. Ce rap est une fiction s'inspirant de récits de la 1ère guerre mondiale.


10 - TOLERANCE EXCESSIVE

J'ai réalisé la musique à partir d'un sample de batterie puis en y ajoutant des chants. Comme cela est dit, cela date de 1 9 9 8 donc il y a environ 20 ans. Perturbé par certaines choses de ma petite enfance, mon texte est très homophobe. Je n'ai pas mis les passages les plus violents. Néanmoins, si certaines personnes sont racistes, homophobes..., il y a parfois des explications rationnelles. Et encore, je ne parle pas dans ce texte de certaines luttes tribales en Afrique, notamment à la machette... Rassurez-vous, bien-pensants, je ne suis plus homophobe depuis plusieurs années sauf si je n'ai pas le droit d'évoluer ! Au passage, ce rap, comme les autres de cet album n'avait pas vocation à se retrouver sur internet mais quand on veut interpréter littéralement, mieux vaut être vigilent et connaître l'historique...


11 - SKY REND IVRE

J'ai fait la musique à partir d'un sample de batterie. Pour les commentaires, le texte, avec quelques modifications, ressemble à celui de Trop de Sky dans l'album LE MISANTHROPE mais la façon de rapper est différente.


12 - REPRESENT

J'ai réalisé la musique à partir d'un sample de batterie. Pour les commentaires, le  texte, avec quelques modifications, ressemble à celui de Trop de groupes nazes dans l'album LE MISANTHROPE.


13 - LE JEUNE DE LA OLD

La musique a été réalisé à partir de samples (sauf la batterie) dont un assez facile à identifier... Ce titre est né avant le titre Les jeunes de la old qui se trouvent dans l'album LE MISANTHROPE en collaboration avec les membres du groupe LE SYNDICAT.


14 - LE GRAND PARRAIN

J'ai réalisé la musique, à partir d'un sample de batterie, en tentant de faire une musique de style italienne. Ce texte est une fiction mais la notion de "paradis greco-romain" pourrait faire penser à...


15 -  L'APPEL (deuxième version)

Pas d'extrait. J'ai réalisé la musique à partir d'un sample de batterie. Le texte, avec quelques modifications, ressemble à la première version.


16 - AVERTISSEMENT

J'ai réalisé la musique à partir d'un sample de musique de Gospel car certains se réclament du christianisme ou de l'islam sans en connaître les bases. Dans l'extrait, on entend des propos d'autres rappeurs qui me déplaisaient. "La misère, je laisse cela aux autres", je ne voyais pas ce qu'il y avait de marrant... Ce texte était une critique des rappeurs qui glorifiaient la mafia (tout en s'affichant paradoxalement avec des symboles religieux) alors que l'étude théorique de l'histoire de la mafia italienne montre que l'argent facile n'est pas si facile que cela... Un noir qui se moquait de la misère alors que certains africains n'avaient pas accès à l'eau potable ou à la nourriture, ça me dégoutait. Contre la misère, je parlais d'organisation mais dans les faits, je me sens assez seul... Au refrain, on voit que les traductions de l'Ancien Testament et du Coran ont influencé mes propos.


17 -  L'HABIT NE FAIT PAS LE MOINE (deuxième version)

J'ai réalisé la musique à partir de samples en ajoutant des chants avec plein de réverbérations. C'est le troisième couplet du titre L'HABIT NE FAIT PAS LE MOINE. Au refrain, j'ai fait des chants qui ressemblent à des chants grégoriens...


18 - POUR CONCLURE

J'ai réalisé la musique en faisant du beat box et en ajoutant une bass. Une partie du beat box est inspiré de SNAP. Beaucoup de gens me trouvaient "dingue" parce que je ne faisais pas comme tout le monde mais je ne suis pas un clone ou un mouton.           

Aucun commentaire: