mercredi 25 juillet 2018

Extraits mixés du groupe Fifty Fifty


Les titres inédits de l'album du groupe FIFTY FIFTY dont j'étais membre ont été réalisé à partir d'enregistrements K7 effectués en une seule prise. Ils n'avaient pas vocation à être publié sans trouver un producteur au préalable, surtout qu'internet n'existait pas à l'époque.

Dans le début des années 90, j'ai commencé à écrire des textes de raps et de chansons sous les pseudonymes SKAIN ou FAT K puis je m'entrainais sur des Face B (versions instrumentales) puis, j'enregistrais sur des K7 audio. A Argenteuil, vers 1992, j'ai commencé à travailler avec un camarade de classe et nous avons fondé un groupe se nommant FIFTY FIFTY après avoir travaillé sur un rap réalisé sur un instru de SOUL II SOUL (Volume III Just Riht - Storm). En 1993, nous avons enregistré un album dont vous trouvez des extraits dans lesquels je rappais, scratchais, composais de la musique. A l'époque, nous n'avions pas de multipistes (4 ou 8 pistes) et on enregistrait en une seule prise, ce qui explique pourquoi les enregistrements sont loin d'être parfaits. Je n'ai pas découvert le rap dans les années 2000... 
 
Dans l'album FIFTY FIFTY, on trouve les titres suivants :
01 - Dis leur shit !
02 - Ta mères aime bien...
03 - Dracula
04 - Comment je pourrai tuer un homme ?
05 - Enfant battu
06 - C'est comme ça !
07 - Scratchy jazzy
08 - C'est elle
09 - Couvres moi de baisers
10 - Le respect des biatchs
11 - L'erreur
12 - We will rap you
13 - Délirs
 
01 - Concernant le titre Dis leur shit !,  celui-ci a été enregistré sur une version instrumentale de ARRESTED DEVELOPMENT intitulé UNPLUGGED. Le texte  évoque les dangers de la drogue comme c'était la tendance dans le rap, avant la médiatisation du rap gangstaa. On pourrait citer par exemple les LITTLE MC avec le titre La drogue est un poison, SENS UNIK avec le titre LE FILM DE TA PROPRE FILM...
 
02 - Concernant le titre Ta mère aime bien..., le titre de cette chanson avec rap se nommait à la base Les Beats qui fun et le refrain était "Ta mère aime bien les beats kyfun". Ce titre a été enregistré sur une version instrumentale de ARRESTED DEVELOPMENT intitulé UNPLUGGED.
 
03 - Concernant le titre Dracula, il a également été enregistré sur une version instrumentale de ARRESTED DEVELOPMENT intitulé UNPLUGGED. Le thème était le sida personnifié dans le personnage Dracula. Je ne pouvais pas mettre un extrait.
 
04 - Concernant le titre Comment je pourrai tuer un homme ?, la musique que j'ai composé à partir d'un synthétiseur était fortement inspiré de la musique du titre How I Could Just Kill a Man de CYPRESS HILL. Même le titre de notre rap était inspiré de ce titre extrait du 1er album de CYPRESS HILL, même si à l'origine on devait le nommer J'assassine le crime.  
 
05 - Concernant le titre Enfant battu, j'avais composé la musique au synthétiseur en m'inspirant de la musique des Tam tam de l'Afrique du groupe IAM, elle-même semble t-il inspirée d'une chanson de Stevie WONDER. Ce titre parlait des enfants battus car j'étais sensible à ce theme mais j'ai choisi de ne pas mettre un extrait. 
 
06 - Concernant le titre C'est comme ça !, celui-ci évoquait ma perception  de la société selon mon regard d'adolescent de 14 ans. Celui-ci  a été enregistré à partir de la musique de la piste 14 de l'album de DEE NASTY paru en 1991 chez POLYDOR.    
 
07 - Concernant le titre Scatchy jazzy, celui a été réalisé à partir d'une musique de synthétiseur à moitié programmé mais je pouvais changer les accords, les mélodies, changer les sonorités et j'avais ajouté une caisse claire. Le scratch provient d'un album de Mahalia JACKSON et j'ai choisi les meilleurs extraits car ce titre a été réalisé en une seule prise. Il faut savoir qu'à l'époque j'avais une platine pourrie et que je devais mettre des pieces jaunes avec du scotch par dessus le "diamant" pour éviter que le disque ne glisse vers une autre piste. J'ignore si à l'époque, je possédais une feutrine ou si je mettais un disque vinyle 33 tours en dessous d'un autre... Système Débrouille...
 
08 - Concernant le titre C'est elle, c'était une chanson R&B contenant du rap parlant d'amour comme c'était assez normal à l'époque, me semble t-il. On pourrait, me semble t-il, citer I need love de L.L. COOL J, The lover in you de BIG DADDY KANE, Laisse faire le tempo des LITTLE MC ou dans une autre mesure Un peu trop court du groupe IAM ou encore SOS du groupe MINISTER AMER... La chanson ME AND YOU de TONY! TONI! TONE! apparaissait dans la K7 et dans le film BOYZ N THE HOOD. La musique utilisée pour le titre C'est elle était issue du premier succès commercial de SNOOP DOGGY DOGG. 
 
09 - Concernant le titre Couvres moi de baisers, celui pour lequel on s'était fait craché dessus par des types d'Epinay-sur-Seine lors d'une concert à Argenteuil lors de la fête de la musique, cette chanson R&B contenant du rap avait été enregistré à partir de la version instrumentale du titre That's the way love goes de Janet JACKSON.
 
10 - Concernant le titre Le respect des biatchs, j'avais composé la musique, à l'exception de la batterie samplée.
 
11 - Concernant le titre L'erreur, j'avais composé la musique à partir d'une piste en partie jouée par le synthétiseur en isolant un son et en le modifiant. Je m'étais inspiré de la bass de SHABBA RANKS (Mr Loverman) pour composer cette musique. Le plus suprenant, par rapport à ce titre, c'est que j'avais trouvé une technique pour sampler une batterie en utilisant du scotch. Le scotch mis sur la caisse claire d'un vinyle permettait, en fonction du nombre de BPM, d'obtenir un sample sans que cela ne s'entende. Ce rap contenait un sractch de TERENCE TRENT D'ARBY et mon rap parlait d'un "amour de vacance"...
 
12 - Concernant le titre We will rap you, celui-ci montre que je faisais du "yahourt" dès le début des années 90. J'ai entièrement composé la musique (même le beat), ce qui explique pourquoi il y a parfois des décalages. C'était bien avant l'album intitulé L'incompréhensible... 
 
13 - Concernant le titre Délirs, pas de commentaire.    


Puis, le groupe devait accueillir un autre rappeur DA COBAYE et en 1994, nous devions abandonné le nom FIFTY FIFTY pour devenir le groupe LE SYNDICAT.


Texte modifié le 06/08/2018.
      
 
 
   

Aucun commentaire: