lundi 13 août 2018

EXLIMES - MES 4 SAISONS : aspects artistiques

Article en cours de rédaction...
 
Aspects artistiques de la création de l'album MES 4 SAISONS
 

Extraits mixés de l'album Mes 4 saisons 

 
 
 
 

01 - Intro (extraits)

 


01 - 1 (extraits)

 
 
 

02 - Marre de me plaindre (extraits)

 
 
 

03 - Comme au printemps (extrait)

 


05 - Isa (extraits)


 


 

06 - Faîtes du bruit (extraits)


 


07 - Le tube de l'été

et Le tube de l'été version club remix (extraits)



Pour entendre la version originale (qualité sonore de mauvaise qualité),
vous pouvez aller sur la page YouTube de Laura MONTI
 
 
 

09 - Non merci (extraits)

 
 

10 - Rien à foutre ! (extraits)




11 - Tempête (extraits)

12 - Dans la nuit du 21 décembre (extraits)

 
 

13 - Zombis (extraits)


 

14 - Blanc comme neige (extraits)

 


Texte modifié le 14/08/2018

ANONYME

En 1994, dans le titre L'erreur que j'ai placé dans l'album du groupe FIFTY FIFTY, mon pseudonyme était FAT K.
 
Je pense que j'ai choisi le pseudonyme ANONYME en 1994 ou en 1995 (au plus tard, au mois d'avril) car je trouvais que le Soldat Inconnu, chaque année célébré par la République Française, était le soldat le plus connu mais aussi le plus méconnu de l'histoire de France. D'ailleurs, dans plusieurs de mes textes, je disais "le soldat Anonyme". Si les humoristes nommés Les Inconnus pouvaient être reconnus physiquement sans être véritablement connus dans leurs intimités, le pseudonyme Anonyme ne semblait pas m'empêcher pas de sortir de l'anonymat médiatique. Durant les cours, on avait étudié la différence entre les noms communs et les noms propres donc je n'étais pas inquiet par rapport à ce choix.
 
De 1995 à 1998, j'ai enregistré plein de titres et j'essayais de les classer dans des albums au format K7 audio mais il n'y avait rien de bien précis. C'est à partir du moment où il y a eu des graveurs de CD que j'ai tenté de mettre les titres dans des albums. Certains de mes textes ont des dates et d'autres non. Je reconnais les enregistrements antérieurs à 1998 par rapport au matériel utilisé car jusqu'en 1998, je travaillais avec un 4 pistes alors qu'en 1998, je commençais à travailler avec un 8 pistes. Comme je n'ai jamais eu de producteur ou de label et que les titres n'ont jamais été commercialisé, j'ai, par exemple, décidé cette année de mettre le titre Ces mots dans l'abum Instants et éternités de ANONYME au lieu de le laisser dans l'album Du Souterrain des Parias car je trouve cela plus logique.

Donc entre 1995 et 1998, j'ai réalisé 7 albums en solo ou environ 90 titres avec le pseudonyme ANONYME  :
- "La propagande républicaine" ;
- Le misanthrope ;
- Le nouveau diplôme ;
- L'Unternational ;
- Instants et éternité ;
- Les inédits ;
- Freestyle (pas d'extrait sur ce site sauf Le règne des scorpions).

J'utilisais le pseudonyme ANONYME avec le groupe LE SYNDICAT et ensuite avec le groupe LES PARIAS jusqu'à l'album Du Souterrain. Cependant, vers la fin de l'an 2000, après avoir entendu qu'il existait un groupe se nommant ANONYME, j'ai changé l'orthographe de mon pseudonyme et j'écrivais désormais mon pseudonyme HAN Ô NYM. Quelques temps après, en 2001, j'ai abandonné le pseudonyme ANONYME ou HAN Ô NYM au profit du pseudonyme EX-LIMES que j'ai écrit plus simplement EXLIMES par la suite.        

LES PARIAS

Le groupe LE SYNDICAT, composé de 3 rappeurs (Khan, Da Cobaye et Anonyme) dont je faisais partie a changé de nom pour devenir le groupe LES PARIAS mais cela impliqua une période de transition. C'est vers 1999 que nous avons opté pour ce changement de nom. 
 
Les premiers enregistrements avec le nom LES PARIAS ont été effectué en studio à Epinay-sur-Seine avec 3 titres qui sont Présentation, L'Affrontement et Mort pour la république. Cependant, les prix des enregistrements en studio étaient élevés et j'ai décidé d'investir dans du matériel et notamment un ordinateur pour effectuer nos enregistrements.
 
En l'an 2000, nous étions principalement 3 rappeurs pour enregistrer l'album Du Souterrain que j'ai enregistré et mixé presque en totalité (exception faite du titre La Contre Attaque). 
 
Vu nos difficultés passées à trouver des scènes, on commençait à travailler assez souvent avec d'autres personnes et notamment 7, Abas Le Skryb et Mony. Mony, danseuse, chorégraphe puis rappeuse, nous aidait à améliorer nos prestations scéniques. Abas Le Skryb, de son côté, apportait une nouvelle façon de travailler les compositions avec des batteries plus percutantes. 7, quant à lui et en plus d'être rappeur, travaillait un peu l'infographie, le mixage vidéo et réalisait quelques compositions. On travaillait également assez souvent avec d'autres artistes comme des chanteurs, des rappeurs et des danseurs. Mais le groupe LES PARIAS a intégré progressivement en son sein Mony et Abas Le Skryb et 7 était le Paria des Parias. On a fait quelques radios (par exemple Fréquence 106.3 à Paris)  et concerts (dans le 13ème arrondissement) mais pas énormément.
 
Vers 2001, un producteur a proposé à notre manager officieux de produire et diffuser un projet du goupe LES PARIAS mais comme nous avions fait beaucoup trop de titres avec des featuring, ce sont deux projets que nous avons finalisé en 2002 : La Contre Attaque et Le Rap En 10 Leçons. Dans ces projets, mon pseudonyme n'était plus ANONYME mais EXLIMES. Pour des raisons que j'ignore, ces deux projets ont finalement été rejeté par ce producteur et ces projets n'ont jamais été commercialisé ou diffusé. Cependant, lorsqu'on croyait que ces disques allaient être commercialisés, nous avons tenté d'en faire la promotion en faisant un concert à STAINS le 19 mars 2002, permis par le travail de Mony, afin d'inviter des producteurs, des labels, des journalistes... ou par exemple, en allant sur Radio Enghien. Toutes ces démarches n'ont pas permis de trouver un producteur ou un label.  
 
Ne comprenant pas pourquoi ce projet avait échoué alors que nous étions nombreux et que les fonctions étaient assez bien réparties, j'avais pris la décision en 2003 de travailler quasiment en solo, même si Mony avait décidé de continuer de travailler avec moi. 7 continuait à travaillait avec moi mais aussi mes anciens partenaires. Quelques mois après, le groupe LES PARIAS, dont je n'étais plus membre, décida de changer de nom. 
 
A partir de 2003, je travaillais désormais principalement sur mon album Mes 4 saisons avec mon pseudonyme EXLIMES tout en réalisant d'autres titres.
 
  

dimanche 12 août 2018

LES PARIAS - Le Rap En 10 Leçons

Video importée YouTube
 
 
L'album Le Rap En 10 Leçons du groupe LES PARIAS devait à l'origine être un seul album incluant les titres de l'album La Contre Attaque. Il a été décidé majoritairement par le groupe, et non par moi, de diviser ce projet en deux parce qu'il y avait beaucoup d'artistes en collaborations et beaucoup de titres enregistrés. Ce projet divisé en deux a d'ailleurs été achevé en janvier 2002 comme l'album La Contre Attaque.
 
A l'époque, le manager officieux du groupe travaillait en collaboration avec un producteur  qui avait mis le titre L'Inspecteur Gachette dans une mix-tape et ce producteur semblait être d'accord pour produire et diffuser notre travail comme il l'avait fait pour des projets à lui. Cependant, une fois qu'on avait tout terminé, ces 2 albums n'ont pas été produit et diffusé. Ceci expliqua ma volonté  de quitter le groupe LES PARIAS, qui continua d'exister quelques temps après mon départ.   
 
Durant cette période de production de l'album Le Rap En 10 Leçons, je travaillais parfois à mi-temps et j'étais inscrit en licence de droit donc je n'avais pas envie de perdre de temps dans un ou plusieurs projets inutiles. Je devais recevoir une multitude de rappeurs afin de les enregistrer puis je devais procéder à de nombreux mixages, sans parler des musiques, des scratchs... Ce temps que je passais à participer à ce(s) projet(s) n'était pas du temps que je consacrais à mes études de droit, à du travail ou à d'autres projets familiaux ou autres. Mais je n'avais pas envie que tout l'investissement, en temps et en matériel que j'avais effectué ces dernières années, ne rapporte rien. Car quand certains s'achetaient de beaux vêtements, je me privais pour investir dans du matériel de musique, ayant à l'époque pour ambition minimale de devenir technicien du son.  
 
Sur la vidéo, vous voyez la pochette que j'avais commencé à travailler pour Le Rap En 10 Leçons et ce n'était pas la pochette officielle du groupe LES PARIAS. C'est d'ailleurs pour cette raison que le nom LES PARIAS ne figure pas sur cette vidéo qui contient des extraits auxquels j'ai travaillé. Un des infographistes du groupe avait proposé une autre pochette mais elle ne me plaisait pas car elle n'attirait pas l'œil. Il est évident que j'avais une démarche commerciale, davantage que la plupart des autres membres du groupe, pour la bonne et simple raison que c'est moi qui investissait principalement dans le matériel et je voulais un minimum de retour sur investissement.
 
A cette période, il y avait beaucoup de groupes de rap et les pochettes se ressemblaient avec des types qui faisaient des gueules de méchants "bad boys" à la con, parfois entourés de nanas sexys et de pitt bull. Moi, j'estimais qu'il fallait se démarquer des autres rappeurs et attirer l'attention des consommateurs or, je trouvais l'image modifié d'un bichon qui semblait prêt à enregistrer du rap beaucoup plus choquante dans un rayon rap qu'un type avec une kalachnikov. Le projet Le Rap En 10 Leçons ne ressemblait d'ailleurs aucunement aux autres projets de rap qu'on pouvait trouver dans le commerce car beaucoup de rappeurs se prenaient au sérieux, que le rap soit "engagé" ou "gangster". Je considérais qu'il fallait montrer notre différence visuellement et les extraits que vous entendez dans cette vidéo sont des extraits où on entend presque aucun participant aux projets.
 
Evidemment, sans les commentaires ou la mention de www.exlimes.com, le titre de l'article serait inexact mais avec les commentaires, on trouve l'explication de la démarche, un peu comme avec d'autre projets. Mais est ce que les gens aiment connaître les motivations des artistes ou bien préfèrent ils s'attarder sur une image déroutante ou quelques phrases choquantes ? Le goût du public pour le scandale n'oblige t-il pas à faire du scandale pour se démarquer ?
 
Le Rap En 10 Leçons, non sans humour, voulait présenter le rap en donnant quelques leçons (sur le ton de l'humour) aux novices afin qu'ils puissent devenir rappeur puisque cela semblait être à la mode à cause de la notoriété de certains artistes. Le projet voulait montrer les différentes facettes du rap et devaient sortir en K7 à l'origine.
 
Lors du dépôt au SNAC, ce projet était composé de 1 intro + 10 leçons + 26 titres (37 plages) :
     
  
COMMENTAIRES DES TITRES

Ne pas faire attention aux numéros indiqués dans cette vidéo.

 
FACE A

Intro
On entend un pote à moi qui joue le rôle d'un paysan qui veut faire du rap pour tenter de gagner de la tune avec des bruits de la cambrousse en fond.
    
Le son de base
J'ai composé la musique en voulant donner une ambiance enfantine comme si c'était adressé en priorité à des novices mais la rythmique et la bass donne une toute autre allure. Avec des voix assez rigolotes, on entends au début : "Salut toi, si tu veux être dans le moove, épater tes copains, ton rêve va pouvoir se réaliser... si tu veux être une star du hip hop...". Un enfant a chanté la mélodie. A la fin (extrait), je critique le rappeur PASSY en me faisant passer pour un professeur de hip hop et je joue le rôle de deux gamins, l'un posant une question sur la réussite et l'autre injuriant, un peu comme Eddy Murphy jouant plusieurs rôles dans le film Un prince à New York...  


Leçon 1
"...Essayez de chanter les refrains comme des professionnels..."
    
Nordside
Je n'ai pas participé à ce titre

Rap de Tess
J'ai réalisé la musique en m'inspirant de la technique de DJ PREMIER avec des coupures. Dans l'extrait, on entend une partie de mon couplet qui parlait notamment de la banlieue parisienne. J'ai réalisé le mixage.       

J'ai besoin d'écrire
Ce titre a été diffusé pendant plusieurs années sur www.exlimes.com avant d'en être retiré. Il fait partie du projet ICI de EXLIMES. J'ai réalisé le mixage.       

Leçon 2
Cette leçon évoque la discipline
 
L'étincelle
J'ai composé la musique (piano, violons...) mais en ajoutant deux micro-sample de funk à la façon DE LA SOUL. Je participais au refrain au niveau du rap. J'ai réalisé le mixage.
 
Les faux semblants
Je n'ai pas participé à ce titre.
 
Leçon 3
Cette leçon évoque l'expression
 
Sans ma voie
J'ai pas participé à ce titre.
 
Inter Beat box

Move it up !
J'ai réalisé la musique avec un autre compositeur et j'ai effectué le mixage.
 
Leçon 4
Cette leçon évoque les concerts    

Le flambeau (intitulé Passe le flambeau dans la vidéo par)
Court extrait de la musique que j'ai composé. Un des rappeurs n'arrivait pas à se caler sur la musique alors je l'aidais à faire les "chœurs" pour tenter d'aller plus vite. J'ai ajouté EXLIMES par dessus.

Outakou
J'ai réalisé la musique en voulant donner une ambiance de jeux vidéos. Le mot Otakou était utilisé avant pour parler des Geeks. Sur cette musique, une rappeuse rappait en cambodgien et il m'arrivait parfois de faire les "chœurs" en langue khmère. One, two... A la fin je viens raconter mes conneries car je dis que je suis fanatique de Scooby Doo. En même temps, j'aimais bien les musiques de ce dessin animé. Et puis, ça fait une petite référence à un passage de Hole in the Head de CYPRESS HILL (2m10).
 
E.S.B.
J'ai réalisé la musique, le scratch et le mixage. C'est moi qui fait le ragga et les chants au refrain. Dans cette version du titre E.S.B., on entend un extrait du Journal Télévisé (que j'avais sélectionné car j'avais beaucoup étudié ce sujet) et un autre rappeur. Difficile de croire ce qu'on dit sur la cigarette aujourd'hui quand on a étudié durant plusieurs mois ce qu'on disait sur L'Encéphalopathie Spongiforme Bovine, notamment le risques de milliers de morts (j'avais fait un exposé au lycée sur ce sujet...). Le rappeur évoquait "100 000 morts en prévision" et de mémoire, on n'était pas loin de ce chiffre.
 
Leçon 5
La leçon évoque le souffle
    
J'kiffe courir
Ce titre se trouve dans l'album Du Souterrain du groupe LES PARIAS

Traffic de style
Dans la vidéo le titre est nommé extrait Résumé en scratchs (il s'agit du nom que j'avais donné au MP3). J'ai réalisé la musique en faisant des samples et en faisant du scratch sur ordinateur ou en beat box. On peut entendre des extraits de IAM, ODB, DAARA J, PUBLIC ENEMY, RAEKWON, CYPRESS HILL...   
 
FACE B
 
Leçon 6
Leçon sur le fait d'extérioriser sa colère ou le fait d'être DJ
 
Pray one
Je n'ai pas participé à ce titre (scratchs).
    
Beaucoup de haine
J'ai réalisé la musique à partir d'un sample de violons et de samples de chants. J'ai introduit des passages d'IDEAL J et de AKH et j'ai effecuté des scratchs dont celui d'un groupe d'Argenteuil avec lequel on a travaillé sur 2 titres. Dans mes 2 couplets que j'ai mis à la suite dans la vidéo, je dénonçais certains policiers qui venaient souvent me contrôler à l'époque. Les vannes étaient assez amusantes...

La justice dans le noir
J'ai mis ce titre dans l'album ICI de EXLIMES
 
Leçon 7
Cette leçon évoque les collaborations ou les featuring
 
L'intouchable
J'ai réalisé la musique à partir d'un sample et je chante dans ce titre. J'avais trouvé le thème et inventé en partie l'histoire. Un des rappeurs m'a fait passé plein de disques vinyles... Petite pensée à lui.

Brutal
J'ai pas participé à ce titre.

Amertume
J'ai rappé quelques passages du texte d'Abas Le Skryb qui avait réalisé la musique et rappait en grande partie dans ce titre.

Leçon 8
Cette leçon évoque la réflexion et le potentiel.
 
Ma conscience
Ce titre est le même que dans l'album Du Souterrain sauf qu'à la fin il y a un couplet supplémentaire d'Abas Le Skryb.
 
L'émancipation
J'ai réalisé la musique à partir d'un sample de musique classique découpée pour le refrain. La partie où ce sample n'apparaît pas était utilisé ensuite en musique de fond pour l'émission d'Ethique & Rap FM. J'ai participé au refrain.
 
On s'impose !
Pas d'extrait. J'ai réalisé la musique en faisait du beat box pour le rythme. Et j'ai effectué des chants. J'ai également effectué deux couplets et participé au refrain.

Leçon 9
Leçon sur l'humour dans le rap
 
Game over
J'ai réalisé la musique en voulant une ambiance jeux vidéos mais on entend un son de la Playstation (obligatoire pour faire référence à Resident Evil). J'ai effectué des scratchs de sons provenant de jeux vidéos. Concernant le texte, "Tu veux de l'égotrip de merde, j't'en fous plein les oreilles...". Après, soit on a la formule secrète, soit on ne l'a pas !

Sans queue ni tête
Je n'ai pas participé à ce titre

Fils de faucon
Je n'ai pas participé à ce titre mais j'aurai bien aimé.

Leçon 10 : fin
Possibilité de réentendre les leçons (bah oui, c'était prévu au format K7).   


Texte modifié le 13/08/2018 

samedi 11 août 2018

LES PARIAS - LA CONTRE ATTAQUE



Tout d'abord, ce projet n'avait pas vocation à se retrouver sur internet mais je n'ai pas débuté le rap en 2000 ou en 2010... Je veux uniquement à mettre en valeur mon travail par la diffusion de ces extraits.

Entre l'album Du Souterrain et l'album La Contre Attaque, le groupe LES PARIAS s'était agrandi avec une rappeuse également danseuse et chorégraphe mais aussi un rappeur également compositeur (Abas Le Skryb). Le rappeur nommé 7, également infographiste et compositeur travaillait souvent avec le groupe LES PARIAS sans pour autant en faire partie.

C'est à cette période que j'ai changé de pseudonyme car un groupe de danse se nommait également Anonyme et après avoir longtemps cherché, j'ai choisi le pseudonyme EXLIMES (écrit EX-LIMES au départ) qu'on entend notamment dans le titre Mission punitive au refrain.  
 
L'album La Contre Attaque et l'album Le Rap en 10 leçons ont été réalisé durant la même période par les différents membres du groupe LES PARIAS en collaboration avec d'autres artistes. Nous avons ensuite effectué un tri des titres pour mettre certains dans l'album La Contre Attaque et d'autres dans l'album Le rap en 10 leçons. L'album La Contre attaque a été terminé en janvier 2002.
 
Les titres Introduction et La contre Attaque étaient déjà présents dans l'album Du Souterrain. Pour montrer mon travail, j'ai sélectionné quelques courts extraits de cet album qui contient en réalité 17 titres. J'ai réalisé une nouvelle pochette en m'inspirant fortement de la pochette effectuée par Kobayashi mais en supprimant les visages du groupe LES PARIAS.


COMMENTAIRES DES TITRES


01 - Intro

Il s'agit de la même introduction que dans l'album Du Souterrain.


02 - La Contre Attaque

Titre également présent dans l'album Du Souterrain. Abas Le Skryb a composé l'instrumental en samplant des passages du thème musical de la guerre des étoiles et en ajoutant une batterie percutante. Pour ma part, j'ai regardé tous les anciens films de La guerre des étoiles pour trouver quelques passages et ceci, afin de mettre des extraits du film et de mettre des bruitages durant les couplets. Il me fallait être motivé pour regarder tous ces films et repérer les passages les plus intéressants pour ce titre. Mon texte de rap se veut une critique de la mondialisation ou de l'impérialisme mais par le biais de la fiction, comme le montre le choix de la musique utilisée. Le laser, par exemple, fait référence aux graveurs de CD, notamment par rapport à la duplication.


03 - Rapport de force

Pas d'extrait. Je n'ai pas participé à ce titre.


04 - Face cachée

Pas d'extrait. J'ai uniquement effectué un couplet rap de 16 mesures en changeant mon timbre de voix et en rappant en duo avec 7. Le couplet commence par "Mes mots ne sont pas mâchés...".


05 - Tout se paye

Un extrait est diffusé. La musique a été réalisé par 7 et un autre compositeur à partir d'un sample d'un disque qu'appréciait beaucoup la rappeuse et danseuse du groupe, disque qu'elle avait prêtée à 7. Voici mon couplet :
"Pour l'oseille, je suis capable de bosser dans une usine
D'accepter les ordres d'un boss dans une cuisine
Mais il ne faut pas abuser des bonnes choses, de ma conscience professionnelle
De ma morale, du fait que je prie l'Eternel
Le Smic, ça me casse les...
Mais vendre ceux que j'aime, je laisse cela aux fils de...
Censure pour donner mes fesses aux producteurs ?
Je ne suis pas un gros pédé, je laisse ça aux suceurs !"
Même si le texte n'est pas dans la tendance bien pensante des mass medias, elle correspondait à ce qu'on entendait dans le rap par rapport aux pédés (dois je vraiment citer une multitude d'exemples ?). Puis, croire en l'Eternel mentionné dans l'Ancien Testament et haïr Sodome et Gomorrhe (Genèse, chapitre 19, versets 24 à 29) ne me semblait pas incompatible. Mais, rassurez-vous, vous qui prêchez la tolérance religieuse, tout en permettant paradoxalement la publication et la diffusion de textes radicalement intolérants, après 16 années, je ne suis plus homophobe sauf s'il est interdit d'évoluer ! Puis, un rappeur qui parle de conscience professionnelle, n'est pas ce choquant ?


06 - La trêve

Pas d'extrait. Je n'ai pas participé à ce titre.


07- Combinaison de barges

Pas d'extrait. J'ai repris le couplet du titre Du souterrain en le rappant avec l'ancienne rappeuse du groupe LES PARIAS sur une musique que je n'ai pas composé (mais j'ai apporté la disque d'où provient le sample que j'ai utilisé pour un autre projet portant sur Glanum...).


08 - C'est la mode

Pas d'extrait. J'ai réalisé la musique de ce rap à partir de micro-samples (moins d'une seconde). Pour vous donner un petit indice, on entend une partie du début de High Energy de Evelyn THOMAS... Qui peut savoir cela ? Et j'en garde plein en stock.

Dans cette version de C'est la mode, le rap contient 3 couplets car je rappais avec la rappeuse du groupe et un invité au projet. Dans cette version, on entend le nom de Salman RUSHDIE dans une partie de mon texte que j'ai censuré par la suite dans la version de l'album ICI, version qui ne contient que deux couplets, comme quoi je me souvenais du cours de mon professeur de français sur les livres qu'on croit pouvoir critiquer sans les avoir étudié...


09 - Manifestes toi !

J'ai composé la musique à partir d'un sample de batterie et d'un autre sample d'une chanteuse à qui j'ai offert des fleurs, il y a longtemps... J'ai ajouté des sons de synthétiseur et un guitariste, également bassiste, a également contribué à la composition du titre. J'ai également effectué le mixage. Le thème traité n'est pas très original puisqu'il s'agissait de dénoncer le racisme mais c'est l'angle choisi qui est très intéressant. C'est moi qui fait les "nananananananana" comme un sal môme...

Dans mon couplet, je dis "Jules FERRY sistra, les colonies sistra". En effet, je critique Jules FERRY et la politique raciste de l'empire colonial français de manière simpliste. Je pouvais ensuite démontrer que le racisme n'avait pas pour origine le Front National, parti politique apparu bien après le 19ème siècle... Bien évidemment, cette approche historique très courte n'a pas été apprécié par certaines personnes de gauche préférant se convaincre que le racisme, le nationalisme et le libéralisme sont des valeurs trouvant leurs origines au sein de l'extrême droite. Est ce à cause de cette approche que nous n'avons pas pu jouer au sein d'une université située plutôt à gauche ? Ce n'est pas impossible.

Est ce que les colonisés étaient libres et égaux en droits au sein de leurs pays ? Est ce que la nation n'est pas une notion de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789, notion en opposition à un pouvoir royal annexant des territoires par des mariages entre nobles au sein du continent européen (comme par exemple avec Anne de Bretagne) ? Est ce que Jules FERRY ne parlait pas de "races supérieures" concernant "le devoir de civiliser les races inférieures" en 1885, ce qui poussa la troisième république à coloniser ? Est ce que le libéralisme, pour lutter contre les restrictions économiques, notamment sur la chasse ou la pêche, n'était pas issu de la philosophie des Lumières en opposition à la concentration des pouvoirs par la noblesse et la monarchie ? Est ce que la science ne prouvait pas la supériorité de la race blanche par la taille du cerveau par interprétation des théories de Darwin (selon de vieux dictionnaires) ? Quand les femmes ont elles obtenu le droit de vote et qu'est ce que l'impôt censitaire ? J'imagine la douleur d'un homme de gauche qui découvrirait tout cela et qui aurait du mal à continuer à se dire de gauche en connaissant l'histoire officielle de la gauche. Mais une université a t-elle pour fonction de rendre des jeunes plus intelligents ou non ? Je pensais que mon petit passage passerait inaperçu, car ça fait très cliché...


10 - Nerfs à vif

Pas d'extrait. J'ai participé à la musique avec Abas Le Skryb. Mon pseudonyme EXLIMES (qui, comme sur la pochette ICI, s'écrivait EX-LIMES à l'époque) est cité dans ce rap.


11 - Être roy

Pas d'extrait. Un peu dans l'idée du titre Le Misanthrope, j'avais trouvé le thème mais je n'ai pas participé ni à la musique, ni au rap...


12 - Evil's Street

J'ai composé la musique et réalisé le mixage en utilisant un a capela du titre Evil's street du groupe de rap ONYX comme le montre la vidéo. Bien évidemment, si vous avions trouvé un producteur ou un label, nous aurions demandé l'autorisation au groupe ONYX d'apparaître sur ce disque afin de respecter les droits d'auteur, notion qui semble avoir perdu de l'importance de nos jours. D'autres rappeurs francophones dont je faisais partie apparaissaient dans ce titre.

A titre anecdotique, j'ai réutilisé cette musique que j'avais composé lors d'un atelier d'écriture ultérieurement avec des jeunes qui rappaient Pourquoi ? J'ai même fait un clip de cet atelier écriture mais certains animateurs n'avaient pas envie que je le diffuse... C'était un peu dans la continuité du Rap en 10 leçons mais en version réelle.


13 - We've got the jazz

Pas d'extrait de cette interlude. Il s'agit d'une partie de la musique que j'avais composé pour le tire Y'a pire que moi remix qui était dans l'album Du Souterrain.


14 - Lettres de motiv

Pas d'extrait. J'ai trouvé le thème, j'ai composé la musique, j'ai effectué quelques chants et j'ai fait le mixage. J'ai demandé à un chanteur qui avait notamment travaillé avec LE SYNDICAT pour le projet LA TROISIEME GUERRE MONDIALE (Le traité de paix) de participer au refrain en chantant dans une langue étrangère. En introduction, on entend le nom d'une entreprise dans laquelle j'avais travaillé et dans laquelle il y avait certaines mœurs... En l'absence d'extrait, j'en profite pour faire une petite pub.




15 - Atelier H

Pas d'extrait. Je n'ai pas participé à ce titre.


16 - Mission punitive

Pas d'extrait. J'ai fait un couplet de rap de 4 mesures : "Ici, on rappe... le bon rappeur du traître".


17 - La familia

Pas d'extrait. J'ai trouvé le texte du refrain et la mélodie.


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Dans l'hypothèse où le droit de la propriété intellectuelle serait respecté, ce projet pourrait s'avérer très intéressant pour des juristes. Imaginez-vous seulement la question qu'est ce qu'un micro-sample ? Et avec toutes les collaborations, je ne parle pas de successions et encore moins de domaine public. Que se passe t-il après la mort ? On verra bien.

jeudi 9 août 2018

LES PARIAS - DU SOUTERRAIN


Avant de commencer, je tiens à préciser que c'est ma version de l'histoire du groupe LES PARIAS et non pas celle du groupe. Cependant, quand certains personnes sont injoignables pour différents motifs que je peux comprendre, je ne peux donner que MA version de cette histoire.
 
Vers 1999, nous avons décidé de changer de nom de groupe et LE SYNDICAT est devenu LES PARIAS. Nous avons enregistré un maxi dans un studio d'Epinay-sur-Seine en reprenant en partie des titres du groupe LE SYNDICAT. Pour plus de détails sur cette période de transition, j'ai écrit un article intitulé Du groupe LE SYNDICAT au groupe LES PARIAS.  
 
Les 3 rappeurs du groupe LE SYNDICAT, dont je faisais partie, était en fait les 3 rappeurs du groupe LES PARIAS mais on commençait à travailler en étroite collaboration avec Abas Le Skyb et 7 (ou Mehmehd) comme le démontre le titre La contre-attaque, titre inspiré du film La guerre des étoiles (samples et extraits de films). Ce titre sera remis dans une compilation intitulé La contre-attaque...
 
Par rapport, à l'album Du Souterrain, Kobayashi m'a donné l'autorisation de diffuser ses passages rap ainsi que la publication de la pochette (c'était l'infographiste du groupe) et je lui dis merci. Donc, les extraits que vous entendez de cet album sont ceux auxquels Anonyme et Kobayashi ont participé. Pour empêcher d'entendre certains passages, j'ai été obligé de procéder à quelques modifications.
 
J'ai travaillé cet album à partir d'un logiciel de mixage sur un bon ordinateur et la qualité s'en fait ressentir par rapport au précédent 4 pistes ou au précédent 8 pistes, quand certains voudraient faire de la question économique une question secondaire dans le domaine de la production artistique. J'ai réalisé la quasi-totalité des musiques et la quasi-totalité des mixages sauf pour le titre La Contre-attaque.
 
L'album Du Souterrain a été terminé en l'an 2000 et contenait 19 ou 20 titres pour les membres du groupe LES PARIAS et un peu moins pour celles et ceux à qui le disque a été vendu (pas plus de 50 exemplaires, de mémoire).
 
Plusieurs personnes ont participé à cet album dont un DJ, un chanteur, un groupe de rap d'Argenteuil mais le plus gros du travail a été réalisé par les anciens membres du groupe LE SYNDICAT.
 
Notre volonté était de trouver un label ou un producteur parce qu'on avait des difficultés à trouver des scènes et donc nous avons conservé cette volonté de faire ce qui nous plaisait tout en ayant une démarche un peu commercial. Par exemple, pour l'ordre des titres, j'ai proposé de faire un sondage auprès de personnes de notre entourage pour mettre les titres qui plaisaient le plus en premier car souvent les producteurs avaient tendance à zapper rapidement, nous disait on.
 
Le titre de l'album Du Souterrain correspond bien à notre parcours puisque nous avons toujours été Underground, même quand il nous arrivait parfois de souhaiter voir le bout du tunnel. Des groupes voulaient être "les champions de l'underground" mais nous, on n'avait pas besoin de médailles, de passages radio, de récompenses ou de décorations pour rester ultra underground. C'était un fait.  
 
En l'an 2000, contrairement en 1993, il y avait beaucoup de groupes de rap et nous aurions pu faire comme les autres et passer inaperçus chez les disquaires mais nous avons tenter de proposer quelque chose de très différent qui nous correspondait à nos personnalités, pourtant très différentes.  
 
 
COMMENTAIRES DE L'ALBUM DU SOUTERRAIN
 
01 - Intro     
 
J'ai réalisé la musique et les chants de cette introduction. J'ai effectué quelques scratchs mais la plupart des scratchs ont été un réalisé par un DJ (qui je crois était Juif...) qui avait un super niveau mais aussi du bon matériel. Ce DJ nous avait accompagné lors d'un concert dans le 13ème arrondissement de Paris. Dans les extraits mis dans cette vidéo vous n'entendez que la fin de l'intro où je chante et ce passage est mélangé avec l'introduction de J'kiffe courir.


02 - J'kiffe courir

J'ai réalisé la musique entièrement en ajoutant quelques bruitages. C'est moi qui ai trouvé l'idée du titre et je m'étais inspiré de Benny Hill qui passait son temps à courir... J'ai même réalisé bien plus tard une version avec un sample de Benny Hill du titre J'kiffe courir. Je ne sais même pas si les autres membres du groupe le savait. Concernant la musique, je voulais faire une production façon The Real Slim Shady de EMINEM même si ces deux titres ne se ressemblent pas vraiment. Cependant, les membres du groupe LES PARIAS n'ont pas attendu EMINEM pour faire du rap comique comme le démontre le morceau Monsieur Mito. Concernant mon texte de rap (premier couplet), il s'agit d'une fiction et il faut attendre le début du refrain pour voir où je veux en venir. On ne se prenait pas pour des gros durs et lorsqu'on faisait des concerts, on aurait dû venir à 50 ou 100 ou armés ou mieux venir avec un tank. Le couplet de Kobayashi me fait penser à certains de nos concerts mais il pourrait en parler mieux que moi. A 1mn44, j'ai ajouté dans le mix le sample P.Y.T. (Pretty Young Thing) de Michael JACKSON qui n'était pas dans la version initiale de l'album Du Souterrain. Pourquoi ce choix ? Non seulement parce que c'était une de mes musiques préférées de l'album Thriller mais surtout parce que je me suis inspiré des expirations pour le refrain J'kiffe courir.


03 - Du souterrain

Comment ne pas faire la transition dans ce mix entre le titre humoristique J'kiffe courir et le côté sombre de la musique Du Souterrain sans ajouter le rire du titre Thriller ? Bien évidemment ce rire n'apparaissait pas dans l'album initial Du Souterrain mais on l'avait déjà utilisé pour nos morceaux tendance Zombis (ou Thriller si vous préférez), comme par exemple dans le titre Interlude IIIe GM du mini-album La troisième guerre mondiale du groupe LE SYNDICAT. Là aussi, j'ai réalisé la musique sans sample mais en prenant quelques passages de paroles et chant issues de disques... C'est nous qui chantions les chants assez sombres.


04 et 18 - Ma conscience

J'ai également réalisé la musique qui est divisée en deux parties. La première partie ne contient pas vraiment de samples mais la seconde ne contient que des samples (batterie, musique classique, "chant"...).  Dans ce mix, j'ai ajouté à 4mn02 un passage de EJM apparaissant dans Rapattitude pour faire un léger camouflage.

Le thème m'était venu en entendant NTM dire "on avait vraiment tout pour réussir" (extrait ajouté dans le mix) dans le titre Tout n'est pas si facile. Cependant, ce rap est une fiction (même si j'ai bien obtenu un BAC STT en 1998), tout du moins en ce qui me concerne. Cela n'empêche que mon couplet fiction s'inspire de différentes histoires notamment celle de Marius JACOB et d'un fait divers (lu dans un journal) concernant le détournement de chèques du Trésor Public par une société s'étant nommée Trésor Publicité. Au niveau juridique, je crois que c'est à partir de ce fait divers qu'il avait été interdit de nommer une entreprise en commençant par Trésor Public mais il faut, pour s'en souvenir, avoir un certain sens de la chronologie et s'intéresser un minimum au droit. En effet, comment être dans l'illégalité quand on ignore ce qu'est la légalité ?


05 - La Contre-Attaque

Pas d'extrait. J'évoquerai ce titre lors de l'album La Contre-Attaque.


06 - Sans Nous

J'ai réalisé la musique à partir de sample(s) de batterie(s). De mémoires, les 3 rappeurs du groupe LES PARIAS ne voulaient pas faire le service militaire. Cependant, il manque des passages importants dans cet extrait comme le début par exemple, car là encore, le thème est traité sous l'angle de la fiction. Le SN de Service National avait été détourné par un collectif ayant inventé les Sans Nous (SN) et c'est devenu un des titres de ce l'album Du Souterrain. A l'époque, j'imaginais même devenir "objecteur de conscience" en cas de nécessité mais j'ai eu la chance, pour une fois, de ne pas faire l'armée durant un an, suite à une décision du gouvernement JOSPIN. Quand je disais "Je suis l'ennemi, le traître comme Charles HERNU", c'est parce que Charles HERNU, ancien ministre de la Défense, était accusé d'être un agent de l'EST : voir l'article de L'Express intitulé Charles Hernu était un agent de l'Est. Quand je dis "je ne veux pas me battre pour des corrompus", on voit encore l'impact de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789 sur mon positionnement. Et le passage sur les "sanglants philosophes" fait encore référence à la révolution française...


07 - Interlude

Pas d'extrait. J'ai réalisé la musique en faisant du beat box, du chant et du scratch.


08 - Hypocrites

J'ai réalisé la musique à partir d'un sample de chant et en effectuant les scratchs. C'est un rap solo de Anonyme qui est dans l'album LES PARIAS. J'ai scratché la voix de Chantal GOYA pour bien montrer le décalage entre la perception d'un enfant et celle d'un jeune adulte. Ce rap est basé sur mes premières expériences professionnelles en qualité de salarié, très loin du Collège fou fou fou que j'ai connu... J'ai un peu inventé des histoires mais ça ressemble beaucoup à ce que j'ai vécu. A l'époque, je misais sur ma musique et voulais gagner de l'argent pour permettre le développement du groupe LES PARIAS car, à l'usine, j'avais rencontré un salarié qui était proche du SMIC depuis une ou plusieurs décennies de travail. Alors, comme il me semblait encore possible de vivre décemment en faisant de la musique (de petits concerts m'auraient suffit), je voulais gagner du fric pour m'éloigner des hypocrites que j'avais rencontré dans le monde du travail. J'avais vu des grandes gueules derrière le dos du patron qui devenaient tout mielleux quand le patron débarquait. On n'était plus dans le monde imaginaire des professeurs marxistes qui pour certains n'avaient jamais quitté l'école... Mais après plusieurs échecs dans la musique à cause des lascars qui nous empêchaient de monter sur scène ou d'aller en radio, j'envisageais l'éventualité que "ça ne marche pas dans le son". Puisque c'était "la loi du plus fort et la loi du nombre" qui était pratiquée dans le rap mais aussi dans le monde du travail (j'étais tombé sur un employeur qui ne m'avait pas payé...), je me disais autant travaillé directement ou indirectement pour l'Etat parce que la République Française possède un arsenal militaire important et l'effectif des fonctionnaires est largement supérieur à celui des petits lascars qui veulent des billets de banque qu'ils ne savent pas fabriquer... Et donc, je me suis inscrit en faculté de droit en septembre 2000.


09 et 16 - Y'a pire que moi et Y'a pire que moi (remix)

Dans le mix, au début, on entend la version remix puis ensuite on entend la version initiale. J'ai composé la musique des deux titres en utilisant des samples d'instruments de musique (flute, saxophone, guitare...) mais aussi des samples de chants. Cependant, j'ai joué le piano, la bass... au synthétiseur et réalisé le beat. Dans la version remix, je chante également. Mon couplet s'inspire d'une histoire que j'ai vécu.


10 - Unis au combat

Pas d'extrait. J'ai entièrement réalisé la musique et effectué les scratchs. C'est également moi qui chante qui au refrain. Ce titre a été enregistré avec un groupe de rap d'Argenteuil.


11 - L'inspecteur Gachette

Pas d'extrait. J'ai réalisé la musique en m'inspirant de la musique de l'Inspecteur Gadget. C'est une critique implicite de la police mais à la manière du dessin animé l'Inspecteur Gadget ou encore du film l'Inspecteur La Bavure de Claude ZIDI avec les acteurs Coluche et Depardieu. A l'intérieur de cette version, on trouve même un passage de Y'a t'il un flic...


12 - Au centre de l'arène         

Pas d'extrait. J'ai composé la musique à partir de samples de péplum. Dans ce rap, qui est une fiction, on joue le rôle de gladiateurs.


13 - Les jeunes de la old

Pas d'extrait. Titre contenu dans mon album Le misanthrope (ANONYME) mais réenregistré. J'ai réalisé la musique.


14 - Ca m'inspire pas

J'ai composé la musique mais je ne trouvais pas l'inspiration puis j'ai pensé au titre La feuille blanche du groupe SENS UNIK contenu dans l'album CHROMATIC et j'ai décidé de parler du thème du manque d'inspiration en utilisant l'humour. Je trouvais la phrase de Joey STARR complètement débile lorsqu'il déclarait "comme on dit chez moi, si t'as rien à dire ferme ta gueule" (NTM, Je vise juste) que j'ai mis en boucle, ne serait ce que par rapport au rap La feuille blanche. D'ailleurs le thème du manque d'inspiration avait été traité de manière très intéressante quelques années plus tard par HOCUS POCUS dans le titre Brouillon qu'on peut entendre dans l'album 73 touches. Je dis que je ne suis pas inspiré dans ce rap parce que je ne connaissais pas les sujets que je voulais abordé et j'admettais volontiers mon ignorance sur le treizième arrondissement de Paris ou sur l'Asie. Au jour d'aujourd'hui, je connais mieux le treizième arrondissement de Paris, le Cambodge et Pékin que certains journalistes à la télévision...

Dans ce rap, j'avais sorti des clichés minables pour montrer qu'il vaut mieux jouer au con parfois que trop se prendre au sérieux en traitant de sujets qu'on ne maitrise pas. Donc, je ne trouvais pas le thème mais j'ai pris cette situation à la dérision en rigolant de mes propres conneries. J'apprécie Joey STARR mais ça l'empêche pas et ne l'empêchait pas de raconter un tas de conneries même si parfois, il était très pertinent (Nulle part ailleurs par rapport au film La Haine). J'ai aimé quand il a fait la voix dans le film TED, il s'est un peu rapproché de la tendance des "rappeurs Walt Disney" ou pourquoi pas "Astérix et Obélix"... On avait peut être un peu d'avance car faire la révolution quand on n'est même pas capable de maintenir de la solidarité dans un groupe de rap de quelques personnes, comme c'était mon cas, c'est démesuré. Alors, si certains veulent jouer les gros durs et les engagés, ça les regarde mais moi, ça m'inspire pas.

J'ai fait un petit camouflage d'un rappeur en ajoutant un passage du titre Mic Checka de DAS EFX car le clip correspond avec le titre de l'album Du Souterrain.    


15 - Du Souterrain (remix)

Pas d'extrait. Version avec du beat box que j'ai effectué puis samplé.


17  - L'inspecteur Gachette (remix)

Pas d'extrait. Remix réalisé à partir d'un sample de musique classique.


19 - ** ****** * *****

Pas d'extrait, titre non indiqué car on faisait certains titres pour notre seul plaisir.     

ANONYME - INSTANTS ET ETERNITE


Cet album (ou ses extraits), qui comme mes autres albums réalisés avec mon pseudonyme ANONYME, n'avait pas vocation a été publié sur internet. Il contient plusieurs titres assez intimes. Comme je l'indiquais dans l'album intitulé Le Nouveau Diplôme (qui date d'avant l'an 2000 mais qui pourrait être une "nouveauté" pour ceux qui ne me connaissent pas...), "J'ai pas la haine 24h sur 24" et certaines personnes semblent avoir besoin d'être rassurées à ce sujet quand ils ont décidé si rapidement que je constituais un danger...
 
Mes pensées vont à ces personnes qui pensent avoir trouvé la "bonne affaire" en m'utilisant avec le titre "Antisémite" mais que j'utilise désormais pour me faire de la publicité et faire connaître mon histoire, celle qui aboutit à réaliser ce titre tant polémique qui est du "pipi de chat" par rapport à ce que j'ai fait auparavant. Il ne faut pas être susceptible, c'est ce qu'on m'a fait comprendre dans le 93 ou le 95 et les hommes, me disait on, ne pleurent pas... Et pourtant, j'ai traversé des épreuves difficiles et je ne suis pas du genre à raconter ma vie mais puisqu'il faut être "transparent", je vais tenter de l'être.
 
Les titres de cet album ont été réalisé entre 1996 et l'an 2000 et j'ai fait modifié la compilation récemment pour ajouter le titre Ces mots qui était à l'origine dans l'album perso du groupe LES PARIAS, pas celui qu'on a vendu à quelques personnes. J'ai trouvé que le titre Ces mots avait davantage sa place dans ce projet et c'est une décision très récente. C'est la différence entre des projets commercialisés à l'aide des producteurs et des projets sans producteur. 
 
J'ai demandé à un autre rappeur des PARIAS ce qu'il en pensait et ça ne le dérangeait pas. C'est pas comme un disque vendu dans le commerce dont on ne peut pas changer l'édition. Mais nous, on n'avait pas de producteur et j'insiste particulièrement sur ce point. On était autoproduit et on diffusait ce qu'on avait envie de diffuser sans rendre de compte à qui que ce soit. On n'était pas riche mais personne nous demandait de diffuser tel ou tel titre.
 
Et oui, EXLIMES, anciennement ANONYME parlait aussi d'amour.  
 
 
COMMENTAIRES DES TITRES (sans entrer dans les détails)
 
01 - Dors bien
 
La chanson intitulé Dors bien a été écrite et enregistrée en mars ou avril 1998. Je m'en souviens car c'était peu de temps après la perte d'un homme qui avait beaucoup d'importance pour moi et dont la photographie est fortement floutée sur la vidéo. Je ne vais pas vous dire de qui il s'agit mais le deuxième couplet non diffusé permet d'en savoir davantage. Que se passe t-il après la mort ? Pas besoin d'être spirituel pour se poser ce genre de questions car des notaires se posent également ce genre de questions assez souvent...   
 
"Alors... c'est la fin du voyage... on coupe le son et l'image...". Je n'étais pas en manque de rimes pour reprendre quelques mots de Johnny HALLYDAY dans son titre La fin du voyage mais j'ai mon explication. Par contre, si j'ai samplé Céline DION pour composer la musique, c'était uniquement pour la batterie (même si j'apprécie cette artiste).
 
En tous cas, après la disparition de cet homme, j'avais la haine, surtout contre le patronat, et voulais progressivement devenir inspecteur du travail afin de faire respecter le droit du travail car des ouvriers m'avaient dit que le code du travail n'avait pas été respecté au sein de l'entreprise pour laquelle il travaillait puis pour laquelle j'ai travaillé pendant quelques mois. Ca semble minable dans le monde de la starification de vouloir devenir inspecteur du travail ou contrôleur du travail mais tout dépend du parcours et des ambitions.  
 
Peu de temps après ce décès, un professeur de lycée me fit une réflexion en cours sur un truc sans grande importance (je crois que j'avais oublié un livre), j'allais pour la frapper tellement j'avais la haine mais au lieu de cela, j'ai balancé une table et suis sorti de cours. Un homme, ça ne pleure pas mais garder en soi, c'est très difficile... Est ce que ma haine a eu des conséquences dans ma façon d'écrire certains titres inédits par la suite ? Ce n'est pas impossible ! Alors pour tenter de débattre avec un mort, mieux vaut connaître l'historique.  
 
J'ai nommé ce titre Dors bien parce qu'on ignore ce qu'il se passe quand on dort et pourquoi on fait des rêves... Je n'ai pas besoin d'aller voir des tombes en marbre pour ne pas oublier.


02 - Contre vents et marées

Cette chanson d'amour est une fiction qui en surprendrait beaucoup... La musique est la même que celle de Juste une nuit remix. J'ai enregistré ce titre seul mais je voulais faire un duo avec une femme mais cela n'a pas pu se faire.


03 - Juste une nuit

Cette chanson date de fin 1996 ou début 1997 et je l'ai composé entièrement à partir d'un synthétiseur pour une jeune femme que j'aimais.


04 - Un instant sans toi

Cette chanson et cette musique ont été réalisé à partir d'un sample de batterie. Et j'ai chanté et rappé cette chanson pour la même personne que pour le titre Juste une nuit. A l'entente de ce titre, est ce que mes ambitions semblaient démesurées ?


05 - La clé

J'ai composé la musique. Je parlais de mariage mais certains préfèrent parler d'argent...


06 - Juste une nuit remix

J'ai samplé une guitare pour réaliser cette musique.


07 - Cela fait mon bonheur

J'ai chanté et rappé sur un instrumental.


08 - Ces mots

J'ai composé la musique en l'an 2000 (vers mars) puis j'ai rappé et chanté dessus. C'était la fin d'une histoire d'amour avant que l'amour revienne quelques temps plus tard... Je n'ai pas mis le deuxième couplet et pourtant, il est très intéressant car dans la fin du deuxième couplet, je dis "ces mots remplacent mes armes"... Dans la construction de la musique (et son évolution) ainsi que dans le style, ça me fait penser à ce qu'a ensuite fait NAS avec One Mic... même si je ne comprends pas les couplets de son rap.          

mercredi 8 août 2018

ANONYME - LE NOUVEAU DIPLÔME



Bien évidemment, cet album (ou même ses extraits) n'avait pas vocation à se retrouver sur internet mais quand certains voient "la partie immergée de l'iceberg", ils n'ont pas idée de la taille de l'iceberg... Quand certains ont pris le Titanic, ils étaient rassurés et comment ne pouvaient ils ne pas l'être avec de telles prouesses techniques ? Quand j'ai rappé en 2004 ou quelques années après, je savais ce que j'avais fait avant, pourquoi je l'avais fait et dans quel contexte.
 
Cet album fait partie des disques que j'ai réalisé égoïstement pour mon plaisir personnel et éventuellement pour partager ce plaisir avec quelques personnes de mon entourage. Il n'y avait aucune ambition commerciale comme il n'y avait pas d'ambition de rechercher un producteur avec ces titres. Puis, ça me permettait de travailler donc d'acquérir de l'expérience au niveau du style et de la production musicale. Sans les commentaires et la contextualisation, difficile d'avoir un bon avis. Mais je suis passé par là avec l'étude de la traduction de la Bible et du Coran et qu'est ce que cela pouvait être compliqué d'essayer de remettre les sourates dans l'ordre chronologique !
  
Dans l'idée, cet album était un peu comme une conversation privée mais est ce que les hommes du futur cherchent à connaître le contexte des déclarations ou  bien s'arrêtent ils aux déclarations tenues ? Alors, puisque des "anonymes" sont devenus célèbres après leurs morts et n'ont pas gagné d'argent de leur vivant, quand ils en avaient le plus besoin, j'ai envie d'aider les futurs professeurs de français si l'idée leur venait de faire des commentaires de mes textes alors que je leur ai rien demandé. Et j'ai également envie d'aider les juristes à s'interroger sur la frontière entre espace personnel et espace public depuis le développement d'internet et en particulier de l'ADSL, notamment par rapport au droit successoral. Les juristes risquent de trouver cela très passionnant.
 
Cet album a été réalisé entre 1996 et 1999, ce qui pose un problème pour déterminer si j'étais mineur ou majeur. Après le 2 décembre 1998, lorsque j'ai réalisé un certain nombre de titres de cet album, j'avais 20 ans et je croyais encore naïvement à la révolution. C'est difficile de se déradicaliser d'une propagande révolutionnaire tantôt libérale, tantôt marxiste. 10 ans après, en 2008, j'obtenais un MASTER EN DROIT et presque 20 ans après, je suis devenu chômeur malgré plusieurs diplômes. Quelle est la valeur de mon diplôme et quelle est sa finalité ? Je crois que l'Etat a répondu à cette question mieux que moi... Donc ne voyez pas de réalité là où il y a des promesses ou des espoirs ! Le pochette de la vidéo que j'ai réalisé en 2018 est là pour rappeler le bicentenaire de la révolution en 1989 (regardez bien la forme du quasi-triangle !), cet album d'environ 1998 avec son titre et mon diplôme de 2008 (délivré en 2009). On n'apprend pas la réalité sur les bancs de l'école ou de la faculté...
 
Musicalement, cet album a surtout réalisé à partir d'un 8 pistes numérique que j'ai acheté et si je pense à l'argent, ce n'est pas seulement pour m'enrichir mais pour fournir un travail de qualité. Vous remarquerez très rapidement que la qualité musicale de ces titres n'est pas celle des grosses productions mais on en revient constamment à la question des moyens.
 
Je n'avais pas pour ambition de dévoiler cet album mais que se passe t-il après la mort, notamment quand on n'a pas d'enfant ? Vaste question ! Vous voyez comment cette question peut également passionné des athées et des agnostiques. Qui a envie de passer pour le Führer, mot qui signifie guide ou leader en allemand ? Je n'ai jamais demandé à guider la célébration de la révolution...
 
Attention, remarque importante, il ne s'agit ici encore que d'extraits et il manque parfois des passages très importants. Et oui, je n'ai pas et n'avais pas l'ambition de travailler gratuitement, notamment parce qu'on me demandait de payer des factures. Pour faire des dépenses, il faut faire des recettes, c'est une des bases de l'économie, à moins d'avoir la possibilité d'emprunter. Mais est ce qu'on prête aux pauvres ? Ceci étant dit, je vais maintenant commenter les extraits de cet album.

 
COMMENTAIRES DES TITRES

01 - Anonyme ose

J'ai réalisé la musique à partir d'un sample et j'ai également chanté en plus de rapper (ça coute moins cher de chanter, de beat boxer, de faire des bruitages, des faire des imitations... quand on n'a pas beaucoup d'argent). Cependant, l'élément le plus intéressant ne fait pas partie de l'extrait. J'aime bien réserver des surprises... En transition avec le titre 2, on entend un extrait du titre Trouvez-vous ça normal ? de l'album LE SYNDICAT que j'ai ajouté en 2018 pour ce mix car je trouvais ce passage particulièrement approprié par rapport au titre de l'album et du rap LE NOUVEAU DIPLÔME. Tenter de rendre les gens plus intelligents n'est pas nécessairement de la fourberie surtout quand on met cela en relation avec l'attribution de la gestion des armes nucléaires à des "incompétents"... Je lutte avec mes petits moyens pour empêcher un TRISTE AVENIR.


02 - Est ce lui ?

J'ai réalisé la musique à partir d'un sample de musique classique. Cependant, j'ai mis un court extrait parce que je ne rappais pas seul sur ce titre. Le texte est une fiction qui parle du problème de l'éducation des enfants. Je considère que la structuration comportementale d'un individu dépend d'un ensemble de facteurs qui sont la famille, l'école, les camarades de classe... or, plus on connaît différentes façons de parler, d'écrire et d'agir, plus il est possible de trouver sa propre personnalité. Mais le contexte (historique, territorial et géographique) explique bien souvent une orientation plutôt qu'une autre.


03 - La neutralité

J'ai réalisé entièrement la musique en m'inspirant de chants chrétiens et en mettant une ambiance arabisante. La neutralité de l'éducation est une ambition car comment être neutre quand on doit choisir la bonne information et le bon journal ? Quand j'ai écrit ce texte, j'étais inscrit en faculté d'histoire (1998-1999) afin de ne pas aller au service militaire et bien évidemment, on me parlait encore de révolutions, pour ne pas changer. C'est durant cette période que j'ai fait un exposé sur PROUDHON et cela ne plaisait pas particulièrement... J'avais été voir un député UMP du Val d'Oise pour me plaindre de la propagande marxiste à l'université mais il n'avait rien voulu savoir. Par exemple, un enseignant arrivait en cours et commençait son cours en disant "je suis fier d'être marxiste" mais qu'est ce que j'en ai à foutre coco ? Un autre enseignant semblait justifier la mort, les actes de tortures et le viol lors de la révolution de 1789... Des membres de l'UNEF-ID interrompaient les cours pour venir faire leur petite propagande mais personne ne protestait. Pourtant, ce n'était pas des SS qui débarquant avec des fusils ou des tanks... Alors, je faisais mon rap dans mon coin. A l'époque, je pensais que toutes les universités étaient de gauche ou marxistes mais c'est le problème de l'individu qui reste dans un endroit et croit être en mesure de pouvoir généraliser. J'ai appris par la suite que la faculté d'ASSAS à PARIS était plutôt à droite, parfois même à l'extrême droite, selon les critères journalistiques.


04 - Rien à foutre

J'ai entièrement réalise la musique. Je dois reconnaître que je ne savais pas à l'époque ce que signifiait le mot "foutre" mais je crois aujourd'hui qu'il est très difficile de définir le mot "rien". On voit que le texte est ancien car je m'exprimais en francs et parlais de Robert HUE.

Concernant le texte, il est assez violent mais n'avait pas vocation à être publié ainsi comme le démontre la version qu'on trouve dans l'album Mes 4 saison de EXLIMES. "Je lutte contre la corruption", c'est typiquement révolutionnaire comme attitude et il suffit pour en être convaincu de relire les "principes simples" de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen. Robespierre n'était il pas l'incorruptible ? Dans ce texte, je déclare ne pas représenter "ma cité" ou des départements car, en bon démocrate que je suis, je n'ai reçu aucun mandat pour m'exprimer à la place d'une multitude de personnes. Dans le 93 et le 95, il y avait des "excités de quartiers" et je n'avais certainement pas envie de les "représenter". "Représenter le 9 5, je laisse ça à Robert Hue...". Dans la version qu'on trouve dans l'album Mes 4 saisons, j'ai modifié le refrain et ajouté le 7 7. Moi, je voulais que le hip hop en France se structure de manière indépendante et refusais de rentrer dans cette logique de représenter un département que certains ne connaissent même pas. Certains n'ont jamais mis les pieds dans le sud du 93... Et dans le Val d'Oise, il y a des zones agricoles...

Ma critique de la pornographie est liée à ses implications sur les mœurs des enfants et des adolescents et je dois avouer que cela n'a pas été sans effet sur moi. Dans le titre TROP DE SKY (album LE MISANTHROPE, ANONYME), je disais "Ca ne m'intéresse pas de raconter mes pulsions sexuelles" mais cela ne veut pas dire que j'en ai pas. Combien de rappeurs ou de chanteurs parlent de leurs chiasses, de leurs diarrhées, de leurs vomissements, de leurs anomalies physiques, de leurs vergetures, de leur obésité... ? Et pourtant l'urine passe par le sexe et les excréments sortent par les fesses. En réalité, si on faisait des calculs mathématiques, on s'apercevrait qu'en général, on passe plus de temps à uriner et à déféquer qu'à avoir des rapports sexuels. "Ce n'est pas sal" comme on pouvait l'entendre sur Skyrock mais parfois ça pue ! Je ne fais pas de la sexualité un sujet tabou mais si quelques minutes de plaisir ont un impact sur plus de 16 ans d'éducation d'un enfant, ce n'est pas qu'une question de plaisir. Imaginons une partouze sans protection, qui est le père et quel homme va s'occuper de l'enfant pour lui donner une éducation masculine ? Certains évoquent la liberté sexuelle comme un apport de mai 1968 mais quand cette liberté est mise en relation avec une valeur économique et qu'une ouvrière gagne moins qu'une prostituée ou une escort girl, peut on vraiment parler de liberté sexuelle quand le critère de jugement de la plupart des gens est basé sur la possession et l'argent ?            
 

05 - Laisse nous bosser

J'ai réalise la musique à partir d'un sample de batterie et d'un sample de musique classique.

Quand j'écrivais "Laisse nous bosser", je voulais dire laisse moi travailler mais j'ai jamais prétendu être académicien. Concernant le problème de la contextualisation, comment comprendre la phrase "J'adresse cette requête au présent président" si l'on ignore la date d'écriture et d'enregistrement de ce rap. Vous voyez l'intérêt de resituer les éléments dans leurs contextes ! On voit ici que la question du non-accès à l'emploi pousse à certains discours violents et radicaux mais que valent ces propos violents face à une dure réalité et n'en sont ils pas la conséquence ? C'est plus facile de tenir de beaux discours quand on a une situation confortable. Après à vous de voir si un rap non destiné à être publié à l'origine est plus choquant qu'un individu qui meurt de froid en plein hiver à Paris et si quelques mots violents tenus dans une chambre est plus grave que de voir des bidonvilles s'installer en banlieue parisienne ? J'ai vu à Paris, notamment à Bastille, des gens totalement indifférents devant des familles qui dormaient dehors dans la rue mais attention, si vous tenez un propos raciste, antisémite, contre Charlie... en public, certaines personnes arrivent à avoir une réaction et on a enfin l'impression qu'ils ont une "âme" ou un restant de "humanisme", même si je n'aime pas ce mot. Qu'est ce que le sens des priorités ? Je ne voulais pas entrer dans l'armée pour "servir des corrompus" et non pas par antimilitarisme primaire. Si j'appréciais beaucoup Charles DE GAULLE, je haïssais Jacques CHIRAC qui pour moi avait trahi l'esprit et la lettre des institutions de la cinquième république. Et je n'ai pas honte d'avoir voter plus tard pour Jean-Marie LE PEN contre Jacques CHIRAC car Jean-Marie LE PEN, malgré sa défense constante du Maréchal PETAIN, me semblait plus "gaulliste" que Jacques CHIRAC. Le slogan "Tête haute et mains propres" me faisait plus penser au général DE GAULLE qu'à Jacques CHIRAC. On voit encore dans mon texte de rap que la révolution a imprégné toute mon éducation scolaire, même à l'université, puisque je parle cette fois de Varennes... A celles et ceux qui pensent qu'il est incompatible d'être de gauche (de toute manière, je crois savoir que Jules Ferry tenait des propos racistes...) et de voter pour Jean-Marie LE PEN, je leur réponds où vont ils fuir les persécutions politiques dans le cadre d'un Nouvel Ordre Mondial sans nation... Bon courage si vous parvenez à trouver une solution à ce problème avec les moyens techniques actuels !

Il est évident que si je devais écrire ce texte aujourd'hui, je le changerai mais cela n'aurait aucun intérêt puisque je ne veux pas m'attaquer à un vieillard qui a déjà assez de problèmes. Comment fait on pour ne pas tourner la page si le président a changé ? On n'est plus en 1998 ou en 2007, vous comprenez ?


06 - Plein les yeux !

J'ai composé la musique à partir de samples, de micro-samples en y ajoutant des sons de synthétiseur, du beat box que j'ai fait et des scratchs que j'ai effectué dont un provient de Positive K (1992). Pour les éventuels usurpateurs, combien connaissent ce rappeur ? Et d'où provient l'extrait du film ? Des fois, je sais même d'où provient une simple caisse claire... or, je ne suis pas du genre à raconter tous les détails.

Concernant la communication, je dénonçais déjà  à l'époque le fait que la communication devenait de moins en moins "physique" et désormais, c'est largement pire.


07 - Les apôtres du vice

J'ai composé cette musique à partir d'un sample de batterie.

Concernant le texte, il est assez violent à l'égard de certains "musulmans" mais après avoir étudié la traduction du coran, je ne supportais pas tous ces gens qui se réclamaient de cette religion tout en salissaient l'image de Mohammed et de l'Islam, mieux que certains membres du Front National souvent par ignorance, en voulant faire de l'Islam une étiquette, un produit d'emballage pour un marketing hallal avec code barre... La phrase "que ces sauvages périssent pour la rage qu'ils propagent" peut sembler choquante mais je les invite à consulter le verset 17 de la sourate 80 avant de faire des commentaires. D'où provient la citation : "Que la haine pour un peuple ne te pousse pas à commettre l'iniquité" ? Existe il un lien entre le Coran et le Rappel ? Et d'où provient l'extrait du film à la fin de mon rap ? C'est pas très commercial comme style de rap... On préfère médiatiser des rappeurs étiquetés "musulmans" qui n'ont jamais pris le temps d'étudier l'islam ? L'univers médiatique adore les étiquettes et cela, je l'avais bien compris...

Ce rap n'avait pas vocation à être publié et je pense que Médine, qu'on l'aime ou pas, avec son titre Porteur Saint, est plus légitime que moi pour faire une critique de certains comportements chez les musulmans. Moi, je ne suis pas musulman et je ne suis pas capable de comprendre la langue arabe.


08 - L'étranger

Pas d'extrait car nous étions deux à rapper. J'ai fait la musique. Bien évidemment, dans ce titre, je joue un rôle comme le démontre le sample d'un sketch de Fernand RAYNAUD au refrain...


09 - National Hebdo

J'ai composé la musique à partir de samples, notamment de musiques classiques. Ce texte était une critique négative de la presse de "extrême droite" dont Minute et National Hebdo. Concernant la contextualisation, il faut savoir que l'hebdomadaire Minute a évolué au fil du temps or, que vaut ma critique datant de l'époque de cet enregistrement au jour d'aujourd'hui ? Le journal L'Humanité (de Jaurès) et la CGT (anarchiste à l'origine ce que je crois savoir) ont également évolué...

Mon professeur de français nous avait dit lors d'un cours comment pouvez vous critiquer Salman RUSHDIE sans avoir lu Les versets sataniques ? C'était une très bonne leçon qui m'a fait beaucoup réfléchir jusqu'à étudier la traduction de Mein Kampf. J'adresse le même genre de questions aux opposants au Front/Rassemblement National ou à "l'extrême droite" ? Je ne prétends pas que Jean-Marie LE PEN était un homme qui avait toujours "raison" mais depuis 1986, les médias lui reprochent toujours la même phrase en la déformant très souvent...

Ma critique du National Hebdo était beaucoup plus complexe que les stéréotypes des étiquetés "anarchistes" avec leur jolie A encerclé, ces "fachos" qui ignorent tout de Proudhon ou de Bakounine et qui diraient "facho" si on leur citait du Proudhon ou du Bakounine. Qui peut nier qu'il y a beaucoup de personnes d'origines étrangères dans les prisons ? Mais peut on s'arrêter à cela et ne pas étudier la question sociale ? Il est vrai que Jean-Marie LE PEN n'a pas fait venir en masse des étrangers pour les parquer dans des cités où des professeurs de français peinent à dialoguer avec des parents qui parlent avec peine quelques mots de français...

Selon Wikipédia, National Hebdo aurait déposé le bilan en 2008... Désolé d'autant insister sur la contextualisation. Malgré ma critique négative du National Hebdo dans ce texte, certains articles, de Roger HOLEINDRE par exemple, étaient très intéressants mais cela ne m'empêchait pas d'entendre Tariq RAMADAN durant la même période. Ce n'est pas parce que je partage une ou plusieurs opinion(s) avec Roger HOLEINDRE que je suis hostile au gaullisme...          


10 - C'est la masse qui subit

Cette musique a été réalisé à partir de plusieurs samples et mon rap dénonce le manque de solidarité. Pour "l'anecdote", une fois, j'étais à la gare d'Epinay Villetaneuse et je voyais un type frappé un vieux. Je décide de m'interposer car, déjà, ils n'ont pas à régler leurs comptes dans l'espace public. Là, un individu m'a arrêté et m'a dit de ne pas intervenir, qu'il avait peut être un couteau... et plein de choses du genre. Et quand je me faisais agressé, je ne pouvais compter que sur moi, la plupart du temps, donc je portais souvent avec un couteau car je ne suis pas champion de boxe et même un champion de boxe aurait du mal à se battre contre 15 personnes... Donc, le texte était violent mais correspondait en partie à ce que je vivais. Ceux qui me dégoutaient le plus, c'étaient ces types d'extrême gauche qui ouvraient leurs bouches contre le FN constamment mais qui flippaient face à 3 ou 4 lascars. Ils résistaient avec un grand courage face à un régime disparu mais devenaient pitoyables face à quelques petits délinquants. Comme je m'étais fait agressé plusieurs fois, une fois à la gare d'Enghien, une dizaine d'adolescents m'a agressé et j'ai sorti le couteau. Là, ils ont vu à quoi correspondait l'éducation révolutionnaire et résistante. La police est venue et m'a mis les menottes dans la gare pour me mettre en garde à vue. Dans le camion, je leur ai demandé ce qu'il fallait que je fasse face à plusieurs lascars et ils m'ont répondu qu'il fallait courir et appeler la police. Alors, j'ai répondu comment faire s'ils courent plus vite que moi ? Ils m'ont répondu, il faut courir encore plus vite. Voilà l'image que j'ai de leur République Française. Je leur ai répondu, oui, il faut fuir comme en 1940... Et après, ça condamne Pétain à la télévision alors que la police et la Justice collaboraient, parfois avec zèle. Mais qu'est ce qu'ils auraient fait, tous ces supers héros donneurs de leçons, à la place de Pétain après la débâcle militaire ? La moquerie de VOYNET n'est pas gentille mais je pensais pas publié ce couplet un jour. Et vous reprendrez bien un peu de révolution : "ceux qui salissent la République sont aujourd'hui avertis : peine de mort..." !


11- Le nouveau diplôme
     
J'ai enregistré ce titre qui était déjà présent dans l'album LA PROPAGANDE REPUBLICAINE en accélérant le BPM. Mais de quand date le texte à l'origine enregistré sur un 4 pistes ? Etais je mineur à l'époque des faits ? Je n'ai pas voulu vous choquer j'ai mis un son avant le refrain car les FFI n'étaient pas des tendres et Charles DE GAULLE avait été condamné par le régime de Vichy... Pour quels motifs exactement ? De toute manière, étant chômeur, je sais ce que valent les diplômes désormais. La finalité, dans la musique, le droit ou ailleurs, est ce le chômage ? Ce ne sont que des mots alors pourquoi avoir peur de mots que je ne voulais pas publié quand vous possédez un arsenal militaire aussi important. Je ne me suis pas amusé à diffuser un titre intitulé "Antisémite" sans une très longue explication derrière... Si j'étais devin, j'aurai su qu'internet allait exister... Mais on va continuer puisqu'il ne faut surtout pas tourner la page.


12 - Retour au moyen-âge

Pas d'extrait. J'ai réalisé la musique à partir d'un sample de batterie et un sample d'une guitare.


13 - Est ce lui ? (remix)

J'ai effectué la musique en m'inspirant de "Au clair de la lune"... Désolé, j'ai oublié le point d'interrogation dans la vidéo mais il fallait que j'attende environ 1 heure pour obtenir le mix au format désiré... Est ce lui qui a choisi cette vie là ? Voilà une bonne question pour conclure cet album, je trouve. Personnellement, je ne le crois pas !    

mardi 7 août 2018

ANONYME - L'UNTERNATIONAL


Les extraits remixés de l'album L'UNTERNATIONAL, album réalisé avec mon pseudonyme ANONYME entre 1996 et 1998, n'avaient pas vocation à être publié sur internet ou à être commercialisé mais à l'ère de la transparence et pour aider celles et ceux qui veulent interpréter littéralement mes œuvres artistiques, je me devais de leur faire prendre connaissance de ces quelques extraits (ce ne sont donc pas les œuvres complètes). Cela pourra les aider à mieux comprendre mon cheminement, notamment pour celles et ceux qui croient pouvoir réduire plus de 20 ans de musique en 7 minutes 30 environ.

Bien évidemment, dans cet album, je joue des personnages et il y a même des fictions comme le faisaient de nombreux artistes autrefois. Puisqu'il ne faut pas tourner la page, alors pratiquons ensemble le devoir de mémoire ! Cet album a particulièrement intéressant parce qu'un titre contient un sample de Johnny HALLYDAY or, cette star a particulièrement joué un rôle dans ma construction artistique. Cette fois, je ne vais pas, de manière très volontaire, préciser les titres qui sont des fictions et ceux qui n'en sont pas car beaucoup d'artistes ne le faisaient pas. Parfois, il m'arrivait de me demander si ce que disait un artiste était vrai ou bien s'il jouait un rôle. Je vais donc vous laisser vous interroger comme je le faisais. C'est toute la différence entre le domaine artistique et d'autres domaines comme le domaine juridique, le domaine journalistique (au moins dans la théorie)... Et c'est bien pour cela que j'utilise mon actuel pseudonyme EXLIMES par rapport à un grand nombre de mes activités artistiques afin de ne pas les confondre avec mes autres activités.

Avant de commenter les titres, je tiens à faire remarquer que l'image de la pochette était celle utilisée vers 1998 mais que j'ai ajouté mon pseudonyme, le titre, le nom de domaine du site internet, ainsi que les titres des extraits. Donc, je commençais à bien me débrouiller en infographie sans pour autant prétendre être un professionnel de l'infographie. Je tentais d'améliorer la qualité de mon travail avec les moyens à disposition et la question des moyens est fondamentale par rapport au sujet du sampling.

L'idée initial de ce projet, mal réussi, était de faire une espèce de tour du monde musical en 80 minutes mais les titres sont assez sombres et sont souvent dans la critique négative. Il faut cependant savoir qu'en 1998, je n'avais pas voyagé en dehors de l'Europe (et seulement les pays proches de la France) et que ma vision du monde était en relation avec ce que je voyais à la télévision, ce que j'entendais à la radio, ce que je lisais dans la presse et dans les livres : "à part Paris et sa banlieue, je ne connais pas grand chose". Mais je crois avoir le droit d'évoluer...

Par rapport à la révolution, j'évoque encore La Marseillaise dans le titre L'Unternational, "le jour de gloire" et "le bonnet" (que je pensais phrygien) dans le titre Les caprices de Marianne.

 
COMMENTAIRES DES TITRES

01 - L'Unternational

J'ai réalisé la musique à partir d'un sample de batterie et j'ai chanté les refrains.

Le titre L'Unternational fait référence implicitement au titre de L'Internationale d'Eugène POTTIER. A l'époque, j'avais lu Le livre noir du communisme publié en 1997 aux éditions Robert LAFFONT et je luttais contre mes propres influences marxistes, propagées par certains professeurs. Certains considéraient que ce livre était mensonger et que le capitalisme avait tué davantage que le marxisme. Ce sujet ne m'intéresse pas particulièrement car cela dépend de ce qu'on nomment capitalisme et marxisme, de l'étendu des territoires étudiés et de la durée des régimes concernés. Cependant, comment le CNRS pouvait-il raconter des mensonges ? Et dans l'affirmative, à qui confier sa confiance par rapport à l'histoire de l'humanité, notamment l'histoire récente ?  L'intérêt du Livre noir du communisme, c'est qu'il m'a montré qu'on ne peut pas arriver au pouvoir sans rien connaître du fonctionnement des institutions et du pays dans lequel on se trouve, sans prendre le risque d'errer vers des excès. Selon ce que j'ai retenu de ce livre, les dirigeants marxistes ont souvent été obligé d'improviser et certains sombraient dans des comportements paranoïaques. Après la lecture de ce livre, j'étais hostile au marxisme et à Karl MARX car j'ignorais que Karl MARX n'était pas marxiste. Je ne sais pas de quand date l'UN au niveau des Nations Unies mais sur l'image détournée (sur la pochette) il n'y a qu'UN seul continent.

Malgré l'acquisition de la nationalité française à ma naissance, dans ce titre, je déclare "je ne suis pas français" car quand on a l'impression d'être rejeté par le système, on n'a pas envie d'être français. Quand on voit des lascars semer le désordre (crachats, injures, coups...) et la police ne pas intervenir, il est légitime de haïr le désintérêt ou pire la lâcheté de la République Française. D'ailleurs, dans  mon album "LA PROPAGANDE REPUBLICAINE", je me déclarais apatride et j'avais même tenté d'obtenir officiellement le statut d'apatride auprès d'un tribunal, par haine de la France. Je disais que le "parti gaulliste" était devenu un "parti vichyste" et ne voyais aucun rapport entre Charles DE GAULLE, qui payait son électricité, et Jacques CHIRAC... Je ne veux pas injurier ou diffamer mais veux permettre aux spécialistes des débats avec des morts de pouvoir connaître mon évolution. Je préférais voter pour Jean-Marie LE PEN que pour un corrompu, par exemple. S'il y avait eu des hommes valeureux au pouvoir, j'aurai peut être voulu m'engager dans l'armée français mais certainement pas prendre le risque de mourir pour des politiciens corrompus, comme je l'indiquais dans le titre Sans Nous avec le groupe LES PARIAS. Il a fallu ensuite que je découvre Paris intra-muros et d'autres endroits en France pour ne pas avoir cette vision aussi sombre de la France car la France ne se limite pas à la banlieue nord de Paris. Mais est il possible d'évoluer ?

Je disais que ma patrie était la religion et désormais, je suis agnostique. Est ce possible ?

"Je préfère un juif à un capitaliste, un marxiste" : comment interpréter cette phrase sans connaître le contexte ?


02 - Le dragon déchaîné

J'ai entièrement réalisé la musique (même le beat) et j'ai effectué les scratchs en stéréo en enregistrant à partir d'un 8 pistes.

Ce rap est également inspiré de ma lecture du Livre noir du communisme. Au début, je reprends la phrase de Shurik'n (qui, à ma connaissance, n'est pas plus chinois que le Wu Tang Clan...) dans le titre Tam tam de l'Afrique. Pas facile de commenter mes activités artistiques sans connaître mon vécu et avoir une solide culture musicale et je ne vous dis pas tout.

Dans ce texte, les pronoms personnels "je" et "nous" sont employés et ceci, bien avant les années 2000. Pensez vous qu'en étant né en décembre 1978, j'avais connu l'époque de Mao Tsé Toung en Chine ? S'agit il d'une fiction inspirée de livres d'histoires selon vous ? J'essaye de vous donner quelques pistes pour déterminer s'il s'agit d'une fiction ou non.

Quand je suis allé à Pékin en 2014, je me suis aperçu de la différence entre ce qu'on nous raconte à la télévision sur Pékin ou la Chine et la réalité du terrain de Beijing. Mais entre 1998 et 2014, 16 ans environ se sont écoulés... Certains ne veulent pas comprendre l'intérêt de l'étude de l'évolution et du contexte. C'est leur choix mais comment peut on avoir un avis sans passer par différentes étapes ?


03 - A qui la faute ?

Ce texte est également inspiré du Livre noir du communisme. Par exemple, la phrase "tout anticommuniste est un chien" apparaît à la page 818 de ce livre et désolé mais à l'époque, je n'allais pas consulter les documents à la source et n'avais pas étudié à l'université. A cette époque, je n'avais pas étudié des traductions de Karl MARX, LENINE, STALINE... et je n'avais pas lu le livre intitulé Karl Marx ou l'esprit du monde de Jacques ATTALI. Concernant les chiffres des Eglises et mosquées fermées, mes chiffres, après vérifications (page 192 à 194), semblent erronés mais je ne vais pas relire tout Le livre noir du communisme pour en avoir la certitude. Certains veulent rester bloquer sur une période ? Laquelle et pourquoi ? Et pourquoi pas 1989 par exemple ? Précision importante, cet album n'avait pas vocation à être publié ou diffusé mais je diffuse ces extraits pour venir en aide à celles et ceux qui voudront débattre avec des morts et leur permettre de resituer le contexte. Effectivement, on peut se demander à qui la faute si certains publient sans mon accord et en plus, sans me rétribuer ?


04 - Pour l'argent

J'ai réalisé la musique à partir d'un sample d'une batterie et de voix.

Ce texte a été écrit à partir de journaux sur l'Inde mais je ne suis jamais allé réellement en Inde. La cause aryenne ? Il y a les aryens et les aryens comme il y a le svastika et le svastika.


05 - Le Grand Parrain

J'ai réalisé entièrement la musique en tentant de donner une ambiance italienne. Le texte est proche de celui dans mon album LES INEDITS. Où est la mafia ? Un pouvoir étatique n'est il pas une forme de mafia qui a réussi à dominer d'autres organisations mafieuses afin d'obtenir "le monopole de la violence légitime" ? Je ne fais que poser deux questions. Mais si la réponse est positive et que l'on considère que c'est la loi du plus fort qui importe, pourquoi ne pas travailler directement pour l'organisation la plus forte au lieu de travailler pour des lascars qui n'ont même pas l'idée de dupliquer des billets de banque et préfèrent faire des braquages en tuant bêtement des gens ? On ne peut pas monter sur scène parce que des lascars sont trop nombreux alors pourquoi ne pas devenir avocat ou juriste ? C'est le genre de questions que je me posais après nos échecs dans le domaine artistique.


06 - Les caprices de Marianne

J'ai réalisé la musique. Le titre est inspiré du titre de l'œuvre du littéraire Alfred de Musset. Est ce que la comédie et le théâtre vous intéressent ? Est ce que je me prends pour la Corse ? Certes, le textes est un peu corsé pour Lutèce mais il ne faut pas exagérer. Des ronflements dans une chambre mais combien de personnes peut contenir une chambre ?

La musique contient cependant un sample de Johnny HALLYDAY que ses véritables fans reconnaîtront certainement. Johnny m'a beaucoup inspiré dans mes activités artistiques car c'était un "showman" dans les années 1970 et 1980. Il a chanté Le pénitencier mais il n'a pas fini sa vie en prison, que je sache. Bien avant mon titre Le règne des scorpions, le concert de Johnny HALLYDAY au Palais des sports en 1982 ressemblait aux images du film Mad Max, notamment les scènes de combat. C'était bien avant 2PAC et DRE avec le titre California Love... "Pour la garder, je l'ai tué..." et hop, une petite décoration à l'Elysée. Et il a même chanté Le temps passe avec Doc Gynéco et les méchants rappeurs du Minister Amer condamnés par la Justice de la République Française...

A la fin, on entend encore Malraux et De Gaulle mais ces deux passages sont anachroniques, je tiens à vous le préciser. Je vous invite à consulter les discours de Charles de Gaulle pour savoir pour quelle situation, il était favorable à la tenue d'un référendum.

Si vous enlevez C à FLNC, que reste il ?


07 - Grands Imposteurs Algériens

La musique a été réalisé à partir de plusieurs samples de musique classique dont un que j'ai réutilisé par la suite pour un concert du groupe LES PARIAS à Stains puis pour le titre Tempête figurant dans l'album Mes 4 saisons (EXLIMES). Selon certains traducteurs du coran, le mot Allah était utilisé et selon d'autres traducteurs, le mot Dieu était utilisé. Il ne vous échappera pas que j'ai dénoncé HITLER en introduction de ce titre, bien avant avoir lu la traduction de Mein Kampf aux éditions latines. "La scène se passe...", c'est étrange la langue française quand on est attentif : scène de crime, drame, tragédie...

Pour ma part, je suis allé, quelques années après, à la frontière algérienne quand je suis allé en Tunisie et encore je n'en suis pas certain. Mais que savais je du GIA sinon ce qu'on m'en disait ? Des documents audio et vidéos qui inspirent d'autres documents audio et vidéos, quel est donc l'intérêt ? Je ne savais pas de quoi je parlais mais j'avais confiance dans ce qu'on me racontait. "Si l'imposture est de tous bords", n'est il pas préférable de sortir, faire du sport, voyager, avoir de l'expérience... plutôt que de rester idiot en restant devant son poste de télévision ?

Concernant, le style, j'aime bien mais ce que je raconte n'a pas un grand intérêt et n'avait pas vocation à être publié. C'était il y a environ 20 ans alors...


08 - Ô Israël

La musique a été réalisé à partir d'un sample de batterie, de micro-samples, de sons synthétiseurs, de scatchs et j'ai ajouté des chants. On voit que les traduction de l'Ancien Testament de la Bible et du Coran a eu une influence sur l'écriture de ce texte car j'appréciais beaucoup le personnage Joseph (ou Yusuf ?).

"Ô Israël, tes descendants ont un pays", est ce antisioniste ? "Shalom sur les juifs", est ce antisémite ?...


09 - Le règne des scorpions

J'ai entièrement réalisé la musique mais j'ai récemment ajouté une batterie par dessus parce que la batterie au format MIDI était trop laide. A l'origine, il y a une autre version avec les rappeurs du groupe LE SYNDICAT. Cela ne fait il pas penser à un scénario hollywoodien ou à l'apocalypse ou à la fin du monde ou à Nostradamus... ? Est ce une fiction ? Et si je ne réponds pas à cette question, Tu fais quoi ? De mémoire, j'avais lu une revue scientifique affirmant que les scorpions pourraient survivre à un "hiver nucléaire" mais je vous propose de vérifier le sérieux de cette étude scientifique car j'ai pas envie de rechercher le document source.


10 - Les caprices de Marianne (vo)

C'est la version initiale du titre Les caprices de Marianne.